Le 31 juillet 2015,

A la veille de l’entrée en vigueur du plafonnement des loyers à Paris, le Président du Groupe UDI-MoDem au Conseil de Paris constate, navré, que l’encadrement des loyers est une mauvaise réponse à une vraie question.

Cette mesure, au demeurant inutile dans un marché locatif parisien en baisse, fait l’effet d’une punition supplémentaire pour les propriétaires parisiens déjà étranglés par une fiscalité et des niveaux de charges confiscatoires.

Compte tenu du décret qui ne fait pas de distinction selon l’état des appartements, de nombreux propriétaires-bailleurs n’auront même plus intérêt à entretenir leur bien locatif pour le valoriser !

Ce n’est pas en administrant les loyers, dans une logique soviétique d’interventionnisme de l’État, qu’il faut agir, mais en augmentant l’offre de logements et en favorisant la promotion immobilière à l’échelle du grand Paris.

Les quelques locataires qui oseront poursuivre leurs propriétaires pour loyers excessifs seront pris dans la tourmente, la lenteur, et les coûts exorbitants des procédures judiciaires, sachant que les « caractéristiques » justifiant un « complément de loyer » peuvent faire l’objet d’une interprétation extensible.

Eric Azière

Président du groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris

Conseiller de Paris (XIVe)