Le 13 février 2015,

Le gouvernement annonce aujourd’hui refuser d’aménager la loi Macron comme Anne Hidalgo l’avait demandé, en rejetant sa proposition de veto du maire pour la création de zones touristiques internationales.

Le groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris estime que cette réponse gouvernementale est prévisible et la seule possible face à l’immobilisme et aux blocages de l’exécutif parisien sur cette question, et ce depuis des années, alors même que dans la première ville touristique au monde, cette problématique ne devrait même plus faire débat.

Depuis 2009, le Groupe UDI-MoDem a à maintes reprises interpellé la Maire sur la nécessité d’étendre à tous les commerces parisiens, un droit d’ouverture le dimanche -qui aurait eu le mérite de la simplification- et à défaut, un compromis autour d’un aménagement zone par zone, afin d’éviter de se contenter d’un statu quo. Le Conseil de Paris a systématiquement refusé ces propositions de compromis qui auraient eu le pouvoir d’empêcher l’ingérence du Gouvernement sur le territoire de la Capitale.

Si nous regrettons qu’il faille en passer par la tutelle de l’Etat et que Paris soit dessaisie de ce dossier, le groupe UDI-MoDem espère désormais que ces zones touristiques internationales seront mises en place rapidement, afin que l’économie parisienne puisse profiter pleinement de son statut de capitale du tourisme mondial, d’autant plus alors qu’elle s’apprête à sauter le pas d’une candidature aux Jeux Olympiques.

 

Anne Tachène,

Conseillère de Paris UDI-MoDem (15ème arrondissement)