Paris, le 25 juin 2015

Bien que la colère des taxis ce matin en région parisienne soit légitime face à une concurrence déloyale, en particulier de la part d’Uberpop, le blocage complet des accès aux gares et aéroports parisiens, les agressions et provocations auxquelles elle a donné lieu offrent un spectacle lamentable de la France, et de Paris, à l’étranger.

Ces images d’émeutes urbaines consacrent l’échec du gouvernement à anticiper et à réguler les offres concurrentielles de transports privés de personnes dans notre pays, bousculées comme beaucoup d’autres secteurs économiques par l’émergence des nouvelles technologies numériques. Devant cette situation, qui était pourtant prévisible, le gouvernement, véritable pompier pyromane, plutôt que de jouer le pourrissement de la situation jusqu’à l’exaspération, doit de toute urgence trancher entre une situation de maintien d’un monopole dévolu aux taxis ou une dérèglementation dans un cadre d’une concurrence loyale qu’appelle le succès des offres nouvelles.

Alors qu’aujourd’hui Paris est engagé dans des compétitions et candidatures internationales multiples, pour accueillir l’organisation d’évènements mondiaux, sportifs, environnementaux, universels, commerciaux, nous nous vautrons dans un vaudeville dramatique dans lequel le gouvernement est un héros d’impuissance, et qui risque de compromettre nos chances de réussite.

Le groupe UDI Modem du Conseil de Paris appelle la maire de Paris à intervenir urgemment dans ce conflit comme médiateur, afin d’amener, par l’écoute, la concertation, et des propositions de régulations, les différents acteurs de ce mauvais feuilleton à conclure un accord équilibré.

Eric Azière Président du groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris