Paris, le 22 juin 2016

En s’opposant avec force au lancement par Amazon de son service de livraison express dans la capitale, la Maire de Paris renoue avec ses contradictions entre l’idéologie “frondeuse” qu’elle a choisi de soutenir sur le plan national, et la lucidité qui devrait être la sienne comme maire de Paris, pour s’adapter à ce nouveau cycle et mode de développement économique de Paris vivant sa révolution numérique. 

L’exécutif veut en effet faire de Paris une « Ville Intelligente », favorisant l’implantation d’incubateurs de start-ups et d’espaces de coworking, le déploiement de l’Open Data, de l’Open Innovation et de l’e-inclusion, avec des outils tels que Paris Apps, ou encore l’opération « CoSto » de la SEMAEST, la société d’économie mixte de la municipalité, qui vise à mobiliser les commerces de proximité au sein de ces outils numériques.
Et dans le même temps, la Maire de Paris présente la capitale comme une forteresse assiégée par une jungle numérique galopante et hostile, et multiplie les initiatives pour y préserver une « Économie du 20ème siècle », par de nombreuses initiatives dirigistes. 

La réaction d’Anne Hidalgo, contre le service de livraison express d’Amazon s’inscrit après celle contre l’ouverture des commerces le dimanche et le développement des VTC, UberPop compris, mais aussi en faveur de l’encadrement des loyers, de la fermeture sans concertation métropolitaine des voies sur berges rive droite malgré la perte d’1 million d’heures de travail par an, ou encore de la préemption dans le diffus pour la création de logements sociaux bien au-delà des objectifs fixés par la loi.

Il est temps que la Maire de Paris change son logiciel économique !

La préservation des commerces de proximité à Paris est un véritable enjeu, mais ce n’est pas en les maintenant sur un modèle économique illusoire qu’ils seront en mesure de s’adapter au changement des temps. Au contraire, il serait plus constructif de les accompagner, par exemple avec le dispositif CoSto, afin qu’ils puissent être les premiers bénéficiaires de ce type de service de livraison express, afin que nos artisans et commerçants parisiens puissent bénéficier d’une logistique de livraison commune et comparable. 

Il est contradictoire de vouloir faire de Paris une « Ville intelligente » et de pousser des cris d’orfraie lorsque les progrès de la révolution numérique surgissent à Paris. Cette posture n’est pas de nature à rassurer les jeunes entrepreneurs parisiens qui sont d’un côté encouragés par la Ville à innover et à créer, mais de l’autre de ne surtout pas réussir à devenir un géant du numérique ou du net sous peine de voir les portes de la capitale se refermer sur eux.

 

Eric Azière

Président du groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris

Conseiller de Paris (14ème)

Conseiller de la Métropole du Grand Paris