Paris, le 3 juin 2016

Le 16 juin prochain, Stéphane Dambrine, directeur général de Paris Habitat, plus grand office HLM d’Ile-de-France, va être démis de ses fonctions, sur fond de révélations de l’hebdomadaire Marianne sur un système de fausses factures et de passe-droits au sein de l’organisme.

Cette « démission » est une bonne nouvelle, mais elle ne doit pas être la démission qui cache le scandale. Le ménage doit être fait à Paris Habitat, et les autres responsables doivent également prendre leurs responsabilités, et être accompagnés vers la sortie… De même, si l’enquête démontre l’existence réelle de telles fausses-factures, des plaintes devront être déposées.

Surtout, le groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris appelle l’exécutif à la plus grande vigilance, afin que « la rupture conventionnelle du contrat du directeur général » n’entraîne pas le déclenchement du fameux parachute doré de 500.000 euros qui avait été révélé par le Parisien il y a quelques mois, et qui, selon toute vraisemblance, pourrait être encore d’actualité dans le contrat de Stéphane Dambrine. Les Parisiens ne comprendraient pas qu’un tel geste soit permis !

Que le directeur général de Paris Habitat saute, oui, mais sans parachute !

 

Eric Azière

Président du groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris

Conseiller de la Métropole du Grand Paris