Paris, le 13 juin 2019


Une fois encore, avec l’annonce de la création d’une forêt urbaine sur 4 sites emblématiques de la capitale, la maire de Paris démontre qu’elle vit dans un Paris imaginaire.

Une fois encore, les perspectives d’architectes et les plans d’urbanistes font croire à la maire de Paris que ses projets rentrent dans la réalité des Parisiens.

En réalité la maire de Paris annonce beaucoup, mais les Parisiens ne voient rien.

Le parvis de l’Hôtel de Ville minéral à 100% et véritable champs de foire permanent des animations municipales devient en rêve dans le journal, grâce aux montages de l’APUR, une forêt urbaine avec des arbres centenaires. Avec un parking souterrain de 2 niveaux sous toute la surface du parvis de l’hôtel de ville, quel espace racinaire pour ces arbres imaginaires ?

Une fois encore, la végétalisation sur papier glacé des projets d’urbanisme de la Ville de Paris ne prend pas en compte les problématiques techniques, agronomiques, liées au support de végétaux en pleine terre, sur les façades ou sur les toitures. Le plus souvent, ils ne tiennent pas compte non plus des avis des Architectes des Bâtiments de France (ABF).

Déjà la « tour de la biodiversité », dont les arbres imaginés ont laissé place à des grillages et à des plaques recouvertes de peinture vert criard et qui s’apparente désormais à un « cactus déshydraté », avait pourtant fait l’objet d’une expérimentation menée par l’École du Breuil, démontrant que le projet ne fonctionnerait pas.

Les projets des Parisculteurs, aussi prometteurs puissent-ils être, servent plus souvent à récolter les fruits de la communication abondante de la Ville plutôt que de réelles productions agricoles urbaines, encore en germe.

Anne Hidalgo, depuis les élections européennes, voit Paris avec un casque de « réalité verte augmentée » : elle nous annonce des Champs-Elysées « ré-enchantés », une promenade agrémentée d’un « oasis urbain » sous le métro aérien entre Barbès et Stalingrad, des voies sur berges, piétonnisées depuis 2013 rive gauche et 2016 rive droite, transformées en un vaste parc des « Rives de Seine », nouveau poumon vert de Paris… Une véritable « ville végétale », parait-il !

Dans leur vie quotidienne, de leur immeuble, sur leurs trottoirs, dans le métro, sur leur vélo, dans les embouteillages, je ne suis pas sûr que les Parisiens voient Paris avec les yeux d’Anne Hidalgo. 

 

Eric AZIERE

Président du groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris

Conseiller de Paris (14e)

Conseiller de la Métropole du Grand Paris