Paris, le 24 janvier 2019

La Présidente du Syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole et maire du 12ème arrondissement, a indiqué le 22 janvier avoir choisi de ne rien provisionner au budget du Syndicat pour le paiement des frais liés à la résiliation anticipée de la délégation de service public Autolib’ avant la fin du contentieux qui semble aujourd’hui inévitable entre le Syndicat et le groupe Bolloré.

Après la décision brutale et solitaire de la maire de Paris de mettre fin au service Autolib’, le groupe Bolloré réclame 235 millions d’euros d’indemnités au Syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole, dont la moitié est censée être prise en charge par la Ville de Paris. Cette somme regroupe les frais de résiliation anticipée du contrat, le rachat des bornes et la prise en charge du déficit du service. Alors que le Syndicat conteste, sans doute avec raison, ce montant exorbitant, un énième comité de conciliation est en train d’être mis en place dont il est très peu probable qu’il aboutisse à un accord entre les parties, rendant de fait inéluctable le règlement de ce conflit devant les tribunaux.

Cependant, l’orthodoxie budgétaire et les règles de bonne gestion voudraient que le Syndicat commence dès aujourd’hui à provisionner sur son budget la somme qu’il estime devoir payer. Pourtant, sa Présidente choisit tout simplement de fermer les yeux en reportant la totalité de la charge de cette facture sur ses successeurs.

La majorité municipale, qui préside aux destinées d’un Syndicat au sein duquel la Ville de Paris est majoritaire, choisit donc, à l’image de ce qu’elle fait pour le budget de la Ville, de privilégier de courtes visées électorales plutôt que de gérer en responsabilité une crise qui risque de peser lourdement sur les finances de la Ville le jour venu.

Le groupe UDI-MoDem souhaite donc que l’Etat n’autorise pas cette pratique et appelle la Présidente du Syndicat Autolib’ Vélib’ à prendre ses responsabilités et à commencer, dès aujourd’hui, à provisionner au budget du Syndicat la somme raisonnable que ce dernier estime devoir payer en règlement de ce conflit.          

Eric Azière

Président du groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris

Conseiller de Paris (14ème)

Conseiller de la Métropole du Grand Paris