Paris, le 11 janvier 2019

En annonçant « la gratuité », c’est à dire le remboursement de l’abonnement Vélib’ pour les jeunes Parisiens de 14 à 18 ans, la maire de Paris vole au secours d’un service Vélib’ encore incomplet et imparfait, qui n’a d’ailleurs pas regagné la moitié de ses abonnés depuis un an et demi, avec fin décembre 146 000 abonnés au lieu de 285 000 les années précédentes.

La maire de Paris estime que cette mesure coûtera seulement 200 000 euros, ce qui semble être une estimation très basse puisque cette somme ne permettrait d’acheter que 7.200 abonnement Vélib’ Jeune, alors même que Paris compte plus de 70 000 adolescents entre 14 et 18 ans. Quel que soit le coût réel de cette mesure pour la Ville de Paris, il viendra s’ajouter aux 17 millions qu’elle verse annuellement au Syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole pour l’exploitation du service Vélib’ et représentera une subvention de fait à Vélib’ afin de remonter son nombre d’abonnés en espérant pouvoir les fidéliser par la suite.

Après l’année catastrophique de transition que Vélib’ a subie, largement due à l’inconséquence d’un opérateur dont la sélection doit toujours faire l’objet d’une analyse approfondie, mais aussi à l’incompétence de l’exécutif parisien qui a piloté toute la passation de ce nouveau marché, depuis sa préparation par les services de la Ville jusqu’au choix final du Syndicat, on a frôlé la catastrophe industrielle.

Par cette mesure, et en gonflant artificiellement le nombre d’abonnés, la Ville de Paris tente, et cherche à travestir ainsi l’un des échecs les plus marquants de son mandat, qui pourrait finir, à force de concurrences de toutes parts et d’évolution de sa fragile équation financière, en catastrophe commerciale.

Le groupe UDI-MoDem souhaite que la maire de Paris, au-delà des effets de communication dont elle fait son quotidien, prenne des mesures beaucoup plus fortes en matière de développement du vélo à Paris, notamment chez les plus jeunes, en s’engageant à un rattrapage significatif des retards colossaux pris par le Plan vélo. Si un abonnement Vélib’ peut encourager les jeunes Parisiens à la pratique du vélo, ce sont aussi et surtout des infrastructures cyclables efficaces et en nombre suffisant qui leur permettront d’adopter le vélo à long terme. On en est malheureusement encore loin à Paris.

Eric Azière

Président du groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris

Conseiller de Paris (14ème)

Conseiller de la Métropole du Grand Paris