Paris, le 25 octobre 2018

En validant le deuxième arrêté municipal de piétonisation des berges de Seine rive droite, le Tribunal administratif clôt définitivement le débat sur la destination des berges de Seine, qui sont dès lors vouées à la piétonisation.

Pour autant, il faut, plus que jamais, repenser le plan de circulation dans la capitale. Car si les berges piétonnisées ont su trouver leur public et sont désormais un gage d’attractivité pour la capitale, force est de constater que cette fermeture n’a eu aucun impact en termes de réduction de la pollution et de la circulation à Paris, ne faisant que dévier les flux de voitures sur d’autres itinéraires, plutôt que de les « évaporer ».

Le groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris demande, une fois de plus, l’organisation d’États Généraux de la circulation à Paris et dans la région parisienne, afin que soient repensés l’ensemble des itinéraires routiers et le développement des alternatives à l’automobile individuelle, pour que l’évaporation des véhicules devienne une réalité encouragée et choisie, plutôt qu’une illusion fantasmée et irréelle.

 

Eric Azière

Président du groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris

Conseiller de Paris (14ème)

Conseiller de la Métropole du Grand Paris

 

7572390_2a81b5cc-1717-11e8-b73e-c317326963a2-1_1000x625