Paris, le 17 septembre 2018

Pour Eric Azière, le déluge de reproches de Bruno Julliard à Anne Hidalgo, dans son interview au journal le Monde, plus qu’une simple démission, constitue un véritable réquisitoire à son encontre. Après la démission l’année dernière de son adjoint aux finances, celle de son premier adjoint signe l’isolement d’Anne Hidalgo au sein de sa propre équipe.

« Nous ne partageons pas ses convictions politiques, mais je peux témoigner que Bruno Julliard a défendu l’exécutif parisien jusqu’à l’épuisement… Sa démission apparaît comme un acte de sincérité et de lucidité. Il ne veut pas se mentir à lui-même, « il n’y croit plus ». »

Par cet interview, Bruno Julliard  rejoint mot pour mot les critiques sur la méthode et sur le fond que le groupe UDI-MoDem formule depuis le début de la mandature, à l’encontre de la Maire, sur de très nombreux sujets : le repli sur soi et le déni, les approximations, les erreurs, la précipitation, l’inconstance, le déficit d’échange et d’écoute, d’humilité et de compréhension, le manque d’authenticité, et l’opportunisme comme seul moteur pour son futur projet municipal.

« Ce que confirment la démission de Bruno Julliard, c’est que le Hidalgo-bashing n’est pas le simple résultat d’une campagne de dénigrement, mais la réaction spontanée des Parisiens, même les plus impliqués, à une gouvernance qui les ignore ».

 

Eric Azière 

Président du groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris

Conseiller de Paris (14e)

Conseiller de la Métropole du Grand Paris

 

© Marc Verhille/Mairie de Paris

© Marc Verhille/Mairie de Paris