Paris, le 7 septembre 2018

« Aidez-nous, s’il vous plaît ! », « c’est invivable ! », « deal de cannabis, présence de chiens d’attaque, musique, hurlements, bruits de ballons, vélos qui circulent…etc.». 

Ce sont par ces quelques mots que les riverains du city-stade installé depuis 2015 dans le jardin Lionel-Assouad, dans le 14e arrondissement, décrivent leur quotidien et interpellent, depuis des mois, la mairie d’arrondissement sur les nuisances, souvent insupportables, occasionnées par cet équipement, y compris en dehors des horaires d’ouverture.

Lors de la séance du conseil du 14e arrondissement du 10 septembre prochain, Eric Azière, Président du groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris et conseiller du 14e arrondissement, tirera de nouveau la sonnette d’alarme et relaiera ces appels désespérés des riverains du city-stade, en présentant en vœu demandant le déplacement de cet équipement vers un lieu plus approprié, à l’issue d’études d’implantation et de concertations adéquates.

Si les city stades constituent des équipements utiles et nécessaires, leur installation ne doit pas se faire au détriment de la qualité de vie des riverains et des préconisations de Bruitparif.

En réponse au vœu du groupe UDI-MoDem présenté au Conseil de Paris de septembre 2017, qui avait déjà interpellé la mairie à ce sujet, l’exécutif s’est contenté de minimiser le problème, et de prendre comme seule mesure de fermer l’équipement à 19h30 au lieu de 22h. Cette mesure s’est révélée totalement inefficace, puisque les horaires ne sont pas respectés et que personne n’est là pour les faire respecter.

Un an plus tard, la situation des riverains s’est ainsi encore détériorée. L’exécutif parisien, comme celui du 14e arrondissement, semblent continuer de nier le problème réel des nuisances sonores et de la délinquance occasionnées par l’utilisation du city-stade, et semblent minimiser les souffrances, pourtant réelles, de ces riverains dont les plaintes sont au contraire pleinement légitimes.

Il est encore temps d’agir avant qu’un drame n’ait lieu et que la situation ne devienne irrécupérable. Le vivre-ensemble et le partage de l’espace public ne se décrète pas en montant les uns contre les autres. Il se construit intelligemment, dans la discussion, et doit permettre de revenir sur des erreurs commises, comme celle de l’implantation d’un city-stade à moins de 10 mètres d’un immeuble d’habitations.

 

 

Eric Azière

Président du groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris

Conseiller de Paris (14ème)

Conseiller de la Métropole du Grand Paris