Paris, le 24 mai 2018

Le groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris met en garde le Gouvernement sur le projet de hausse des droits de mutation, communément appelés « frais de notaires », proposé par le Premier Ministre à l’Association des Départements de France, consistant à augmenter ces frais de 5,8 à 6% du prix d’achat d’un bien immobilier. La Ville de Paris se goinfre déjà de droits de mutation faramineux, qui ont atteint 1,4 milliard d’euros en 2017, sur un budget de près de 9 milliards. Le groupe UDI-MoDem estime qu’il serait inopportun d’augmenter encore cette dose au détriment d’un marché immobilier déjà tendu à l’extrême.

Une telle hausse gonflerait artificiellement le prix de l’immobilier à Paris, qui a déjà dépassé 9000 euros du m² en moyenne, pénalisant l’ensemble des acteurs professionnels du marché parisien, tous les propriétaires parisiens désirant vendre leur bien et tous les acheteurs potentiels.

Accéder à la propriété à Paris devient de plus en plus impossible, tant à cause des prix records du marché que du démantèlement, pièce par pièce, des quelques dispositifs d’aide municipaux qui existaient encore il y a quelques années, comme le Prêt Paris Logement. Une telle hausse des droits de mutation serait un coup supplémentaire porté à un marché immobilier parisien, qui a tout sauf besoin d’un nouveau tour de vis fiscal.

 

 

Eric Azière

Président du groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris

Conseiller de Paris (14ème)

Conseiller de la Métropole du Grand Paris