Paris, le 21 février 2018

La Maire de Paris et son adjoint ont annoncé ce jour le rétablissement des colonies de vacances arc-en-ciel, après en avoir décidé la suppression en décembre dernier.

Face à la légitime mobilisation des familles impactées par cette décision injuste et incompréhensible, la Mairie de Paris décide donc, une nouvelle fois, d’effectuer une volte face bienvenue, mais dont les Parisiennes et les Parisiens, et surtout les près de 7000 enfants et adolescents bénéficiaires chaque année, se seraient bien passés.

Lors du dernier Conseil de Paris, le groupe UDI-MoDem, à l’instar d’autres groupes politiques, avait présenté un vœu demandant le rétablissement de ce dispositif essentiel pour de nombreux enfants et adolescents parisiens, alors que la Ville de Paris avait proposé, non sans un certain mépris, aux enfants des classes moyennes, de se contenter de Paris Plages et des voies sur berges comme lieu alternatif de villégiature estivale, comme le rapportait alors la presse.

Cette annonce est donc avant tout une victoire pour les nombreux parents qui se sont mobilisés pour le maintien des vacances arc-en-ciel. Néanmoins, le groupe UDI-MoDem restera très vigilant à ce que les prestations proposées et le périmètre garantissant l’égalité de l’accès à ces colonies de vacances pour toutes les classes sociales, soit, a minima, les mêmes que ceux proposés les années passées.

Rappelons que les colonies de vacances arc-en-ciel sont un formidable vecteur de mixité sociale des enfants et des adolescents parisiens, mais aussi d’inclusion des enfants en situation de handicap qui représentaient 2% des inscrits,  et que le projet initial de la Maire de Paris de le réserver uniquement aux bénéficiaires des centres d’actions sociaux de la Ville de Paris était un coup de canif dans ce principe de mixité qui doit pourtant guider l’action publique.

 

Anne Tachène

Conseillère de Paris (15ème)

Conseillère de la Métropole du Grand Paris