Paris, le 7 février 2018

Le Conseil de Paris a adopté lundi 5 février une convention de partenariat avec le département de la Seine-Saint-Denis, autour de cinq axes de coopération métropolitaine déclinant une vingtaine d’actions.

Les deux collectivités s’engagent également à poursuivre un cadre d’échange de pratiques et d’expériences entre administrations, permettant de développer la « Métropole » par le rapprochement de politiques publiques, dans le cadre de relations en C to C, « collectivité à collectivité ».

Le groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris salue l’adoption de cette convention de partenariat, tant les problématiques communes entre nos deux collectivités sont majeures, que ce soit sur la question du logement, du tissu économique et associatif, mais aussi en termes d’urbanisme, de déplacement, d’accueil des migrants, notamment des mineurs isolés, ou encore de la préparation et de l’accueil des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.  

Néanmoins, alors que l’avenir de la Métropole du Grand Paris et des départements de la Seine-Saint-Denis, du Val-de-Marne et des Hauts-de-Seine est en plein débat, la Ville de Paris met la charrue avant les bœufs et semble vouloir surtout faire une opération de communication en taclant le projet de réforme. En effet, cette convention risque d’être rendue caduque dans les prochaines semaines au regard du Big Bang territorial annoncé, et il aurait sans doute été préférable de se projeter sur une échelle différente, comme celle des Établissements Publics Territoriaux limitrophes de Paris. Ou tout simplement patienter quelques jours pour y voir plus clair dans la future architecture de la Métropole avant de s’engager sur ce qui pourrait devenir une succession de vœux pieux. 

 

Leïla Diri

Conseillère de Paris (11ème)