Paris, le 15 janvier 2018

Le phénomène des punaises de lit a commencé en 2010. Aujourd’hui, Paris est dans une situation potentiellement explosive.

Ainsi, le 4 décembre dernier, le Directeur général de Paris Habitat a annoncé aux membres de la 5e Commission du Conseil de Paris, que le budget de l’office HLM consacré à la lutte contre les punaises de lit, qui était de 700.000 euros en 2017, atteindrait 5 millions d’euros en 2018, soit une hausse de plus de 600%.

En mars 2017, 20% des 1000 immeubles d’un autre bailleur social, la RIVP, étaient touchés par l’apparition du phénomène des punaises de lit, selon un article du Parisien.

Ce sujet sera d’ailleurs à l’ordre du jour de la prochaine réunion du Comité inter-bailleurs de la Ville de Paris, le 17 janvier prochain.  Faut-il que le problème soit à ce point préoccupant et grave pour que les représentants des groupes politiques, notamment de l’opposition, ne soient pas conviés à cette réunion ?

Ce développement n’est pas limité aux logements sociaux, mais est aussi favorisé par les lieux qui hébergent des touristiques, comme les hôtels et les meublés touristiques.

Lors du prochain Conseil de Paris qui aura lieu début février, le groupe UDI-MoDem déposera un vœu demandant le lancement d’un plan « zéro punaise », pour lutter contre la prolifération des punaises de lit à Paris.

Ce plan demande notamment la mise en place d’une grande campagne d’information et de communication, ainsi que d’un outil de signalement et de géolocalisation des foyers épidémiques, l’enlèvement prioritaire par les encombrants des matelas dans la rue ou encore une labellisation des professionnels présentant des garanties en termes de formation et de compétences. Enfin, il est nécessaire d’entamer des discussions avec nos partenaires métropolitains, pour étendre la lutte contre ce fléau qui prend de plus en plus d’ampleur.

 

Eric Azière

Président du groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris

Conseiller de Paris (14ème)

Conseiller de la Métropole du Grand Paris