Paris, le 5 janvier 2018

Les fortes intempéries, cette semaine, ont à nouveau fait entrer la Seine en crue, menaçant de nouveau les Parisiens et les Franciliens d’un nouvel épisode d’inondations.

Si, à l’heure actuelle, le pic prévu entre 3,5 et 4 mètres dans la nuit de dimanche à lundi est encore loin du record de la crue centennale de 1910 qui avait atteint 8,62 mètres, ou du niveau de la crue de juin 2016 avec ses 6,10 mètres, ce nouvel épisode doit être vu comme un rappel de la menace qui plane au-dessus de la capitale, et de la nécessité de mettre en place les mesures de prévention, qui depuis des décennies traînent à être mises en œuvre.

Le projet de barrages-réservoirs de La Bassée élaboré en 2001 par l’institution des Grands Lacs de Seine, qui permettrait selon les estimations de stocker 55 millions de m3 d’eau et ainsi de réduire de 30% les dommages dus à une crue de type 1910, n’a jamais connu le soutien qu’il aurait dû avoir par les pouvoirs publics, arguant que son coût de 500 millions d’euros était un investissement trop important. Sur les dix casiers que compte le projet, un seul sera réalisé à l’horizon 2020.

Malheureusement, depuis l’épisode de crue importante de la Seine en juin 2016, la passivité des acteurs politiques, Ville de Paris, Région Ile-de-France, Métropole du Grand Paris, a persisté sur ce dossier, et rien n’a été entrepris pour enfin mettre en place ce projet d’une importance considérable.

La Mairie de Paris, dans sa stratégie relative à la résilience présentée en septembre dernier au Conseil de Paris, ne semble pas prendre la mesure réelle de cette menace, et refuse toujours d’impulser ce projet pourtant essentiel de prévention des risques. Il s’agit-là d’une attitude irresponsable.  

Un investissement de 500 millions d’euros, partagé entre l’Etat et les nombreuses collectivités concernées, ne représente pourtant rien par rapport aux 40 milliards d’euros de dégâts directs prévus par l’OCDE à l’échelle du Grand Paris, en cas de crue centennale.  

 

Il est encore temps d’agir avant que la catastrophe pourtant prévisible d’une nouvelle crue centennale ne prenne les habitants par surprise.

 

Yves Pozzo di Borgo

Conseiller de Paris

Conseiller du 7ème arrondissement