Paris, le 1er décembre 2017

Alors que la Maire de Paris s’apprête à se gargariser de grands mots lors du prochain Conseil de Paris à l’occasion d’un débat portant sur la Charte parisienne de la participation citoyenne, les associations du VIIe arrondissement attendent, résignées et inquiètes, la fermeture d’ici la fin de l’année de leur maison des associations.

Car c’est bel et bien d’une suppression dont il s’agit, derrière la « fusion » annoncée de cette maison des associations avec celle du VIIIe arrondissement, l’une des plus anciennes de la capitale, que j’avais eu le bonheur de porter il y a de cela plusieurs décennies avec Martine Aurillac, Christian Le Roux et Bertrand Delanoë.

Doter chaque arrondissement d’une maison des associations était l’une des quelques bonnes idées et promesses tenues du précédent locataire de l’Hôtel de Ville, Bertrand Delanoë. En décidant de supprimer les maisons des associations de plusieurs arrondissements parisiens, Anne Hidalgo porte un coup de canif à ce contrat de confiance associatif, et achève de régler ses comptes avec son prédécesseur, et tant pis si ce sont les associations qui en paient le prix.

Historiquement, les centristes sont particulièrement attachés à la valorisation de ces corps intermédiaires que sont les associations, qu’elles soient à vocation sociale, culturelle ou encore éducatives. Elles forment l’irrigation salutaire d’une vie citoyenne et d’une solidarité qui se fragilise de plus en plus, et prend le risque de disparaître, avec ce coup fatal porté par la Maire de Paris et ses adjoints.

Il s’agit d’une décision incompréhensible de la part de la Maire de Paris, qui plutôt que de continuer à s’inscrire dans l’héritage d’une gauche qui a toujours soutenu ces corps intermédiaires que sont les mouvements associatifs, un élément de pensée commun avec les centristes, décide plutôt de rayer d’un trait de crayon l’un des seuls lieux permettant une implication réelle des Parisiennes et des Parisiens à la vie de leur cité, contrairement à tout l’arsenal d’outils inefficaces mis en place depuis le début de cette mandature par l’Hôtel de Ville.

 

Yves Pozzo di Borgo

Conseiller de Paris (7ème)

Sénateur de Paris (2004-2017)