Paris, le 21 mars 2017

Pour la énième fois, la Maire de Paris présentera lors du prochain Conseil de Paris une communication sur la propreté,  qui, cette année, s’appelle : « Objectif Paris propre ».

L’année dernière, la précédente communication s’intitulait : « le renforcement de la propreté et la stratégie zéro déchet ».

Seulement, entre temps, une année s’est écoulée, et aucun progrès n’a été réalisé, contrairement à ce qu’annonce la Maire de Paris. Selon l’avis général, la situation  s’est  dégradée. En avril 2016, déjà,  61% des Parisiens estimaient insatisfaisant le bilan de la ville en matière de propreté, contre 57% en 2015. La démultiplication des rats circulant maintenant partout dans Paris, sans même avoir le bon goût de se cacher, est emblématique d’un état des lieux indéniablement désolant de saleté.

Je ne veux plus avoir honte de ma ville, que j’aime tant. Je trouve insupportable que l’on inflige aux Parisiens une telle saleté quotidienne dans leurs rues, et que l’on porte ainsi atteinte au « rayonnement »  de notre si belle capitale,  en donnant aux touristes  et visiteurs étrangers cet affligeant spectacle d’une ville si mal tenue.

Parce qu’il n’y a pas de beauté possible sans propreté, je souhaite que cette nouvelle communication soit suivie d’effets. Pour être efficace, Il faut certes des moyens, et ceux annoncés sont insuffisants, mais ce qui est le plus important, c’est la volonté politique.

Avec la volonté politique, on peut renverser les mentalités, comme cela a été fait avec les fumeurs, dont le sentiment d’impunité a disparu. 

Faire du salisseur, un pollueur, un délinquant, qui sera désapprouvé par l’opinion publique. Plus que jamais, le principe du pollueur-payeur doit être appliqué, partout dans Paris.

Mais surtout, toute mesure de punition doit avoir son pendant en termes de sensibilisation, pour être réellement efficace. Les communications verbales ne sont que des mots. Il faut passer aux actes.

Pour cela, Je propose le lancement d’un Printemps parisien de la propreté, qui débuterait avec « la journée de grand nettoyage » prévue par la Mairie de Paris.

Mobilisés par une grande campagne d’affichage, de sensibilisation, tous ceux qui le souhaitent pourraient être mis à contribution pour procéder à une grande opération de nettoyage, aux côtés des élus parisiens, qui donneront l’exemple, dans leurs arrondissements !

Cette journée ne doit pas avoir uniquement pour objectif de nettoyer une fois par an les rues de Paris, mais sera l’occasion d’une déambulation citoyenne, quartier par quartier, en compagnie des Parisiens, des élus, des services municipaux de la propreté, afin, tout en procédant à un grand nettoyage de printemps, de dire aux Parisiens que la propreté, c’est l’affaire de tous.

Une opération de communication, oui ! Mais apolitique, transpartisane et parisienne, pour un Printemps de la Propreté parisien !

 

 

Edith Gallois

Conseillère de Paris (13ème)

Vice-Présidente du groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris