Paris, le 13 mars 2017

Le groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris s’inquiète des conséquences de la fusion du Stade Français et du Racing 92 sur le devenir du stade Jean Bouin.  Ce projet prévoit en effet que le futur club de rugby issu de cette fusion prendra ses quartiers au futur U Arena, à Nanterre. Ce faisant, cet exil se fera au détriment du stade Jean Bouin, déconstruit puis reconstruit en 2013, pour un coût astronomique de 160 à 200 millions d’euros, supérieur aux 119 millions d’euros prévus à l’origine.

Le projet de démolition-reconstruction de Jean Bouin, dont nous avions, dès 2007, contesté le bien fondé, la légitimité et le surcoût potentiel fut l’un des principaux points noirs des mandatures de Bertrand Delanoë. Cette modernisation forcée de Jean Bouin a coûté suffisamment cher aux Parisiens pour qu’il ne soit pas lâché en rase campagne par son principal occupant dans une opportune opération de rachat par un club concurrent.  

Pire encore, ce déménagement signifie que Paris accepte de voir le rugby professionnel et le TOP 14 abandonner son territoire, alors même que Paris est candidate à l’organisation du Mondial de rugby de 2023 ! Pour la Ville de Paris, qu’on a connu plus pugnace et volontaire lorsqu’il s’agissait de conserver sur son territoire un grand tournoi, Roland-Garros, cette désertion fait mauvais genre.  

Le groupe UDI-MoDem estime que Jean Bouin ne peut pas mourir et que le rugby parisien doit conserver sa place à Paris. La Ville, qui, non contente d’avoir intégralement financé la rénovation de Jean Bouin, subventionne à hauteur de 750.000 euros le Stade Français chaque année, ne doit pas rester en-dehors de la mêlée en attendant de voir le rugby professionnel déserter définitivement  ses stades.

 

Au final, la Ville qui avait voulu faire de ce stade un équipement d’excellence destiné au rugby, risque maintenant de se retrouver avec un équipement qui servira essentiellement pour des matchs de football de Ligue 2, et ce, de manière incertaine et provisoire dans la mesure où le Red Star n’est pas assuré de se maintenir en Ligue 2 et reste dans l’attente d’un stade en Seine-Saint-Denis.

 

Eric Azière

Président du groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris

Conseiller de Paris (14ème)

Conseiller de la Métropole du Grand Paris

 

Ann-Katrin Jégo

Conseillère de Paris (16ème)

 

Eric Hélard

Conseiller de Paris (16ème)

Conseiller de la Métropole du Grand Paris

Vice-président du groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris