Paris, le 27 septembre 2016

 

Les avantages du télétravail sont nombreux : gains de productivité constatés dans les entreprises qui y ont aujourd’hui recours, réduction de l’absentéisme, surcroît d’autonomie et de mobilité pour le salarié, amélioration de l’aménagement de son temps de travail, réduction des trajets, sans compter qu’il permet plus facilement l’accès au travail de personnes atteintes d’un handicap ou d’une maladie chronique.

Or, ce qui est possible dans l’entreprise doit forcément l’être forcément dans l’administration.

La Ville de Paris emploie pas moins de 52.000 agents. Or, à l’heure actuelle, seuls 160 agents seraient concernés par une expérimentation de télétravail. Un chiffre bien trop bas, il convient désormais de passer à la vitesse supérieure !

En réponse à mon interrogation en séance du Conseil de Paris à ce sujet, l’adjoint à la Maire de Paris chargé des Ressources Humaines m’a assuré que début 2017, la Ville allait présenter un plan « ambitieux » pour développer le télétravail, au sein des services municipaux dont l’activité professionnelle serait compatible avec cette nouvelle pratique.

Nous serons vigilants à ce que ce plan soit réellement ambitieux et permette d’assurer une plus grande efficacité des services rendus aux Parisiens. Il en va de la modernité de l’administration de notre capitale.

 

Eric Hélard

Vice-président du groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris

Conseiller de Paris (16ème)