Paris, le 10 juin 2016

Comme beaucoup, nous avons été heurtés par le rapport de l’Inspection Générale de la Ville de Paris sur les risques d’infractions sexuelles sur les mineurs par les agents de la Ville, affirmant que les cours individuels dans les Conservatoires parisiens sont des situations à risque et qu’il convient de les supprimer.

Le groupe UDI-MoDem tient à s’associer aux Professeurs des Conservatoires qui se sont sentis, et c’est bien légitime, « humiliés » par de telles allégations.

Outre le fait que l’Inspection outrepasse ses prérogatives, en relayant au sein de son rapport des considérations purement pédagogiques, il est scandaleux qu’un organisme aussi important, qui se doit d’être une rigueur irréprochable, puisse se laisser aller à de telles affirmations sans aucun fondement.

De surcroît, nous apprenons aujourd’hui que la Direction des Affaires Culturelles aurait intimé aux professeurs de ne pas prendre la parole à ce sujet sans autorisation. Humiliés, et à présent censurés. C’est inacceptable. La Ville, au contraire, doit prendre ses responsabilités et calmer le jeu en intimant l’Inspection Générale de s’expliquer.

 

Le groupe UDI-MoDem présentera lors du prochain Conseil de Paris un vœu souhaitant que l’Inspection Générale de la Ville de Paris soit auditionnée par le comité de pilotage de la Réforme des Conservatoires, dans lequel des représentants des professeurs sont présents, afin que toute la lumière soit faite sur cette partie du rapport. Ce sera alors l’occasion d’interroger l’Inspection Générale sur ce qui les a poussés à tenir de telles affirmations.