Paris, le 3 juin 2016

 

À une semaine du lancement de l’Euro 2016, la demande du Préfet de Police de Paris au ministre de l’intérieur de fermer la fan zone du Champ de Mars les soirs de match au Parc des Princes et au Stade de France donne le sentiment que les effectifs pour assurer la sécurité de cet évènement exceptionnel ne sont pas suffisants.

La question de l’épuisement des forces de police était pourtant prévisible, puisque le préfet rappelait, le 2 mai dernier, qu’entre Nuit debout et les manifestations sociales, les forces de l’ordre ont assuré en 60 jours la surveillance de 57 manifestations et « atteign[ent] un peu les limites », sans compter la sécurité de la COP21 il y a quelques mois, tout cela dans un Etat d’urgence suite aux attaques terroristes de 2015.

De même, la préfecture de Police et la Mairie étaient informées que les entreprises spécialisées dans la sécurité sollicitées par l’UEFA pour assurer la sécurité des fan-zones, connaissent des difficultés à recruter et à former des agents de sécurité dans un laps de temps aussi court, afin de satisfaire aux nouvelles exigences en matière de sécurité de l’évènement.

Si la Mairie et la Préfecture de Police n’ont pas donné suite à la proposition que j’avais faite au dernier Conseil de Paris, de recourir, en appui aux dispositifs existants, à la logistique militaire pour sécuriser la fan-zone, comme Londres l’a fait lors des JO de 2012, je renouvelle aujourd’hui cet appel, pour que Paris puisse honorer ses engagements vis-à-vis de l’UEFA, montrer qu’elle est à la hauteur pour accueillir une manifestation internationale et qu’elle ne cède pas face au terrorisme.

 

Eric Hélard

Vice-Président du groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris

Conseiller de Paris (16ème

Conseiller de la Métropole du Grand Paris