Simple coïncidence de calendrier ou réponse cinglante au voyage de la Maire de Paris à Tokyo ? Toujours est-il que l’initiative prise par 9 tour-opérateurs japonais de nettoyer les jardins du Trocadéro dimanche 13 mars, crée un sentiment de malaise.

Certes, on peut se cacher derrière son petit doigt et considérer que cette opération «d’embellissement et de renouvellement des jardins du Trocadéro» est sympathique et que voir une nouvelle fois des jeunes Japonais s’inviter dans un site emblématique de la capitale pour le nettoyer et y planter un cerisier relève du romantisme nippon.

On ne peut s’empêcher hélas de penser que la chute vertigineuse (23,4 % selon les chiffres de l’Observatoire du tourisme à Paris) de la fréquentation des touristes japonais est liée à la réalité vécue au quotidien par les Parisiens qui voient depuis plusieurs années la capitale mal entretenue et s’enfoncer inexorablement au bas du palmarès des villes les plus propres du monde.

On aurait du mal à imaginer l’opération inverse et voir à Tokyo de jeunes expatriés français  ramasser mégots et détritus : la raison est simple : il n’y en a pas ! Anne Hidalgo a du s’en rendre compte à l’occasion de son déplacement.

Et c’est ce qui choque forcément  la clientèle asiatique dont on connait l’intransigeance sur  les règles de propreté et d’hygiène.

Avant donc d’aller vendre l’attractivité touristique  de Paris aux Japonais, la Maire de Paris devrait balayer devant sa porte et retenir cette leçon d’instruction civique qui nous est donnée gentiment mais  symboliquement au travers de cette opération médiatique internationale.

Il convient de prendre le sujet de la propreté à bras le corps et en faire une priorité de cette nouvelle mandature.

Si on ajoute à cela les problèmes de sécurité liés aux vols à la tire et aux pickpockets qui sévissent dans les sites touristiques et frappe notamment une clientèle asiatique au fort pouvoir d’achat, la réalité est encore plus brutale.

Alors, oui bien sûr, faisons tout pour la promotion de notre ville à l’international, mais donnons nous en conséquence  les moyens de la porter et de l’assurer avec fierté !

 

Eric Hélard

Vice-Président du Groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris

Conseiller de Paris (16ème)