Alors que la COP 21 est dans tous les esprits, que le Gouvernement et la Mairie de Paris communiquent a tout va sur l’évènement, une question essentielle semble totalement occultée. Il est vrai qu’elle n’est pas « grand public » et qu’en terme de com., cette question n’est pas porteuse, parce qu’on ne peut pas la mettre en vitrine. Aujourd’hui, ni le Ministre des transports, ni la Ministre de l’Écologie, ni le Président de la région Ile de France, ni la Maire de Paris, ne se saisissent de la question écologiquement essentielle, voire primordiale du transports des marchandises. Le fret français est inorganisé. Le fret francilien est en pagaille. 

L’affichage et la communication « gadget » seront bien là pour la COP 21 à Paris, mais l’organisation des transports de marchandises n’a pas avancé d’un pouce. Le fret est pourtant une source majeure de pollution atmosphérique, un facteur primordial d’encombrement des rues parisiennes et des routes de France ou circulent massivement les poids lourds avec tout ce que cela implique de dangerosité.
Cette absence d’une Politique globale du Fret est inexplicable et inacceptable.
S’il est vrai que les acteurs de la vie économique, et opérateurs tels que la Poste, la SNCF, s’organisent et fournissent de gros efforts pour s’inscrire dans le développement durable, leurs démarches restent individuelles, et non coordonnées. Ils déplorent eux-mêmes l’absence de stratégie globale, de vision gouvernementale, de Politique régionale ou métropolitaine, ni municipale.

Mais il est vrai que cette question du transport des marchandises, équipements et déchets, ne peut se concevoir qu’intramuros mais demande une organisation en amont et donc une Politique cohérente qui anticipe les besoins et les mutualise. Cependant, alors que Madame Hidalgo se démène pour obtenir le droit de décréter seule la circulation alternée en cas de pic de pollution, elle ne prévoit rien de sérieux et de durable pour la diminuer. La preuve en est que ces pics de pollution se multiplient toujours plus alors que la lutte contre la pollution était la priorité des priorités sous les 2 précédentes mandatures de B Delanoë.

L’acharnement anti voitures individuelles n’a visiblement pas porté ses fruits. C’est bien normal ! Aucune offre structurante alternative n a été proposée .Une seule station de métro créée intramuros depuis 1998, et des camions toujours plus nombreux qui roulent en pagaille, parce qu’ils ne sont pas sous l’autorité d’une réglementation cohérente et visionnaire mais de 135 réglementations….c’est dire le chaos … Si le Gouvernement, et la Maire de Paris, vitrine de la COP 21 , veulent parvenir à une baisse de la pollution dans les grandes métropoles françaises et à Paris, Il faut réunir les acteurs économiques , et les opérateurs, les écouter, s’inspirer de leurs démarches, et très vite mettre sur pied une Politique n nationale cohérente et volontariste se déclinant dans les grandes villes pour l’acheminement des biens de grande consommation, et des équipements, comme des déchets. 

Un exemple pour illustrer ce vide : La Mairie de Paris va couper la circulation des quais bas de la rive droite pour y faire un lieu de promenade et fermer le tunnel des tuileries, pour y installer des lieux festifs. La seine, seul axe fluide, traversant Paris, n y est pas une seconde envisagée comme un lieu possible de fret fluvial, alors même que le transport fluvial émet deux fois moins de CO2 à la tonne transportée, est silencieux et n encombre pas la voie publique, ni ne présente aucune dangerosité.
Développement massif et rapide du Fret fluvial et ferroviaire. Mise en place d’une Interconnexion des lieux de transits comme on le fait pour les gares de passagers. Mise en place de sites logistiques urbains en nombre suffisant et aux abords proches des villes pour un maillage fin des derniers kilomètres. Mutualisation des charges des transports en camion devant ne circuler qu « a plein « et dans des créneaux horaires précis. Autant de propositions pragmatiques, peu couteuses, sans sectarisme, sans clientélisme, sans dogmatisme, uniquement animées par la volonté d’agir pour l’attractivité économique et la qualité de vie des habitants, qui ne nécessitent qu’une Volonté Politique éclairée , incitative et coordinatrice. Une vraie politique Responsable de développement durable, projetée vers l’avenir.

Edith Gallois
Conseillère de Paris et conseillère régionale d’Ile-de-France

Publié sur Latribune.fr le 13/11/15 : http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/cop21-et-la-pollution-liee-au-fret-de-marchandises-521168.html