A l’heure de la COP 21, alors que les nations du monde vont se réunir à Paris pour travailler sur la question du réchauffement climatique, l’exigence environnementale de Paris ne peut se résumer à une simple fermeture à la circulation routière des berges de la Seine, alors même que le bilan carbone de la Mairie est mauvais et que les pics de pollution se multiplient. Ce projet ne propose en rien des formes propres de circulation des personnes et des marchandises.

Alors qu’il est urgent d’entrer dans l’ère de l’innovation écologique, la Mairie de Paris se contente de restriction idéologique. De la promenade, et des lieux festifs… cette délibération est une démonstration de légèreté, le parfait manifeste « de la culture de l’entre soi ».

Mais Paris n’est pas une réserve d’Indiens, c’est une ville Monde qui subit les assauts de la concurrence et de la pollution. Elle se doit d’être exemplaire en termes de développement durable. Les nouvelles mobilités sont en marche partout, des solutions innovantes se multiplient.

La Seine est aujourd’hui une artère au cœur de Paris, largement sous-exploitée. Elle doit être la scène de solutions innovantes pour le fret fluvial. Elle peut devenir un axe majeur de transports des équipements et des biens de grande consommation. Elle peut désengorger les rues des centaines de camions circulant en pagaille et éviter une masse considérable de transit routier polluant, encombrant et accidentogène.

Mais le développement du fret à Paris ne deviendra qu’un gadget s’il ne s’inscrit pas dans une vision métropolitaine, régionale et nationale de l’organisation du fret marchand : Remplacer le tout routier par le ferroviaire et le fluvial. Organiser des interconnexions. Installer des sites logistiques aux abords et en centre-ville et en périphérie.

Que fait le Ministre des transports ? Que fait la Ministre de l’Écologie ? Que fait le Président de la Région ? Que fait la Mairie de Paris ? Que font-ils pour mettre sur pied une véritable Politique visionnaire, cohérente, innovante du fret marchand ? Aucun débat sur une politique de « développement durable » ne peut prétendre être sérieuse, si cette question majeure n’est pas abordée et traitée.

J’appelle tous ceux qui souhaitent une ville plus fluide à se mobiliser pour l’organisation d’une véritable Politique du fret à Paris, en Ile-de-France, et en France.

Edith Gallois
Conseillère de Paris (13e),
Conseillère régionale d’Ile-de-France