Paris, le 2 octobre 2015

Une fois encore c’est par voie de presse que les Parisiens prennent connaissance de tractations secrètes de la Maire de Paris. Le Parisien révèle en effet ce matin qu’Anne Hidalgo négocie avec Qatar Sports Investments la vente du mythique Parc des Princes. La Ville de Paris a officiellement démenti dans un communiqué avoir fait une offre de vente au QSI. Nous prenons acte de ces déclarations.

Le Groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris n’a pas d’opposition de principe à la vente du Parc des Princes. Cependant, nous ne souhaitons pas que les contraintes budgétaires de la Ville multiplient des privatisations qui tiennent plus de la Grande Braderie que du Juste Prix.

Aux estimations et fourchettes de prix avancés dans la presse (de 80 à 400 millions d’euros), le groupe UDI-MoDem répond : « Pas assez cher ! ».

La nature mythique du Parc des Princes, son emplacement ainsi que son potentiel de rentabilité, rendent nécessaires une réévaluation à la hausse d’un éventuel prix de vente. Alors que la construction de la seule enceinte du Grand Stade de l’Olympique Lyonnais a été estimée à 400 millions d’euros et que la rénovation de celle du Stade Vélodrome de Marseille a été estimée à 500 millions d’euros, nous affirmons que vendre le Parc des Princes à moins de 500 millions d’euros serait une très mauvaise transaction pour Paris.

Par ailleurs, nous ne pourrions souscrire à un tel projet que si plusieurs réponses sont apportées sur diverses questions : Eventuelle augmentation du prix des places et des abonnements, impact que cette vente pourrait avoir sur la candidature de Paris aux Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024, projets d’extension souhaités par le Qatar (voire de démolition – reconstruction comme cela était évoqué en 2012) ou encore garanties que le produit de cette vente bénéficierait directement au sport amateur et scolaire à Paris.

Eric Azière
Président du groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris