Tribunes

Au salon de l’agriculture : Politiques en campagne et Politique des campagnes.

Les plaisantes images des animaux de la ferme, au salon de l’agriculture, nous projettent tous dans un monde qui rappelle notre enfance, un monde sain, un monde gentil, un monde de détente, et de bonne bouffe.

Les Politiques y vont tous, c’est un passage obligé. 

Pourtant, ces plaisantes images, ne doivent pas nous faire oublier et je dirais même qu’elles doivent être l’occasion de nous faire prendre conscience de la difficulté d’être éleveur ou paysan en France, aujourd’hui. C’est à bon escient que j’emploie le terme de paysan et non d’exploitant agricole. 

Le paysan, c’est celui qui respecte la terre, qui la cultive, plus qu’il ne l’exploite, ou celui qui élève ses animaux, plus qu’il ne les exploite.

Là est toute la différence, et c’est ce qu’il faut défendre. Lire

Et maintenant, qu’allons-nous faire ?

Lire l’intégralité de la tribune sur le Huffington Post : Lien

Ce lundi 18 juillet, la France endeuillée et rassemblée observe une minute de silence après le carnage de Nice, qui a fait 84 morts dont 10 enfants et 300 blessés. Frappée au cœur, le jour de sa fête nationale, un 14 juillet de larmes et de sang. Après les attentats de Charlie Hebdo, du Bataclan, de l’hyper cacher et de Nice, force est de constater que la guerre que nous a déclaré Daech, pèse sur notre quotidien, notre conscience et notre confiance en l’Etat de droit.

Trois attentats en 18 mois, l’union nationale qui a prévalu jusqu’alors vole en éclats avec des déflagrations aux impacts insoupçonnés.
Après l’émotion, la compassion, quelles leçons tirer de ce terrorisme qui s’installe durablement dans notre pays ?

Lire

Intermittents, le spectacle continue

Tribune parue sur le Huffington Post : Lien

Nous ne pouvons que nous réjouir de l’accord trouvé hier par les organisations de salariés et d’employeurs du spectacle sur le régime de l’assurance chômage spécifique aux intermittents.

La pression et l’agitation qui montaient, avec les occupations de nombreux théâtres à Paris ou en province, auguraient déjà une mobilisation croissante et un “été chaud” avec le boycott des festivals, l’occupation des salles de spectacles et sans doute des plateaux de télévision. Il était souhaitable d’éviter ce désordre inutile alors que l’état d’urgence était décrété.
Lire

L’appel des centristes pour une régulation des locations Airbnb à Paris est-il entendu ?

Tribune parue sur le Huffington Post : Lien

Il y a à peine deux mois, au nom du groupe UDI-MoDem au Conseil de Paris, je demandais à la maire de Paris si elle envisageait de revoir la réglementation relative aux locations de courte durée des meublés touristiques et surtout leur contrôle, afin de mieux maîtriser ses dérives.
Lire

“Nuit Debout”, la Maire de Paris doit siffler la fin de la récréation !

Tribune parue sur le Huffington Post : Lien

Il y a dix jours encore, les Parisiens toléraient, parfois avec nostalgie, l’ambiance altermondialiste aux accents soixante-huitards du mouvement “Nuit Debout”, fourre-tout hétéroclite de syndicalistes, zadistes, anti “Loi Travail”, “anti-Travail” tout court, militants etc… Certains s’arrêtaient même sur leur chemin pour écouter, curieux, des orateurs défendre leur cause individuelle, qu’elle soit sociale, écologiste, ou anti-sécuritaire.
Lire

A corps couvert

Tribune parue sur l’Opinion : Lien

Finances, repas halal, vêtements… tout se conjugue désormais à la mode islamique. Nous assistons à une révolution culturelle qui, imperceptiblement, fait rentrer les musulmans dans le champ de consommateurs convoités d’une offre marchande mondialisée. On nous dit que le chiffre d’affaires de la « mode pudique » pèse plus de 1,2 milliard d’euros, bigre ! Je comprends l’appétence des grandes marques à vouloir capter ces nombreux consommateurs insatisfaits par l’offre du marché. Faut-il pour autant, par posture politique, boycotter ces enseignes comme le propose la très respectée Elisabeth Badinter ?
Lire

La culture pour nous laver de la barbarie

Tribune parue sur le Huffington Post : Lien

Aujourd’hui 5 avril, la ville de Paris est sur le pied de guerre et cela pour deux raisons. La première est qu’elle inaugure la Canopée des Halles.

Ce chantier titanesque débuté en 2010 et imaginé par les architectes Patrick Berger et Jacques Anziutti a vu son budget exploser, jusqu’à dépasser le milliard d’euros. Comme pour la Philharmonie l’année dernière, ce dépassement vertigineux a suscité polémique et controverse faisant presque oublier la prouesse technique et architecturale de cet édifice exceptionnel dédié à la culture urbaine.
Lire

Pour nous, centristes, s’opposer c’est proposer

Tribune parue sur leJDD.fr : Lien

Trop souvent en politique, le “principe d’opposition”, fait en sorte, pour une opposition classique, de ne jamais rien proposer qu’elle pourrait obtenir, et de ne jamais rien soutenir qu’elle aurait pu proposer. Ce n’est pas notre conception de la démocratie. Une opposition, sans proposition, n’est qu’une posture politicienne grimaçante, rongée par la démagogie de l’obstruction. Au Conseil de Paris, le Groupe UDI-MoDem est, depuis deux ans, dans une opposition constructive, différente, déterminée, mais jamais dans l’affrontement systématique, ni dans l’alignement, ou le ralliement.
Lire

Formule E, e-gabegie

Tribune parue sur le Huffington Post : Lien

Il y a quelque chose de dérangeant dans ce ePrix de Formule E qu’on nous propose ce week-end aux Invalides.

Dérangeant parce que les messages véhiculés dénotent une conception de la voiture électrique que nous ne partageons pas. Fallait-il faire passer l’idée, avec un championnat, que la voiture électrique pouvait faire “aussi bien” que la voiture thermique ? Pour nous, la voiture propre, précisément par sa modernité, nous invite non pas à “faire comme avant”, mais à regarder devant nous et non pas dans le rétroviseur. C’est l’occasion d’en profiter pour repenser la voiture en ville. Moins “bolide” et plus pratique, discrète, agile, et utile.
Lire

La ville de Paris rend hommage à Assia Djebar, l’immortelle

Tribune parue sur le Huffington Post : Lien

Voilà bientôt un an l’académicienne Assia Djebar s’éteignait.
Pourtant elle semble toujours vivante, présente, suspendue à notre mémoire. L’occasion pour moi d’honorer la mémoire de cette femme de lettres, écrivain, professeur, cinéaste qui mit son écriture au service des femmes et de la langue française.
Lire

Plus anciens