Edith Gallois

Grève des salariés Vélib’ : le syndicat mixte doit favoriser la sortie de crise

Ce mercredi 2 mai, le groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris a rencontré une délégation de représentants syndicaux des salariés chargés du déploiement et du fonctionnement du nouveau Vélib’, en grève depuis le 17 avril.

Durant plus d’une heure, le groupe UDI-MoDem a pu échanger sur les différents points du conflit social entre les salariés et la direction de Smovengo.

Leurs revendications portent principalement sur le maintien des conditions de travail dont ils bénéficiaient précédemment chez Cyclocity, filiale de JCDecaux, le précédent opérateur de Vélib’. Lire

Au tour des cyclistes parisiens de vivre l’enfer !

Paris, le 27 avril 2018

Le succès de Vélib’, qui a participé à la popularité de Bertrand Delanoë, se transforme en machine infernale pour Anne Hidalgo avec Smovengo. D’un symbole de réussite, Vélib’ est passé à celui de l’échec de la Maire de Paris et de sa politique des circulations douces.

Mais si les déboires de Vélib’ captent l’attention, et qu’il est aujourd’hui très difficile de s’en procurer un, c’est l’ensemble des conditions de circulation des vélos qui sont rendues de plus en plus difficiles à Paris. La liste des griefs est malheureusement foisonnante.

Le plan vélo annoncé, adopté à l’unanimité du Conseil de Paris, est aujourd’hui très loin d’être réalisé. Il est pourtant toujours plus urgent, tant pour mettre fin aux ruptures anxiogènes des actuelles pistes cyclables que pour améliorer l’état de la chaussée, de plus en plus dangereuse. Lire

Plan biodiversité

Lire

Plan Climat Air Energie

Lire

Zone commerciale aux Olympiades : le curieux mais salutaire revirement de la Maire de Paris

Paris, le 21 février 2018

L’annulation par le Tribunal administratif de la création de la zone touristique internationale Olympiades la semaine dernière est un coup dur porté à l’ensemble des commerçants d’un quartier emblématique du XIIIe arrondissement.

Les critiques concernant cette ZTI, au prétexte que le quartier chinois n’était pas un enjeu touristique suffisant pour justifier cette création, étaient méprisantes pour l’ensemble des habitants, d’autant qu’elles étaient venues également des bancs de la majorité municipale au Conseil de Paris, signe d’une méconnaissance des difficultés rencontrées par les commerces locaux.  

Aujourd’hui, la Maire de Paris réalise une volte face sur cette question, puisque, après avoir été opposée à la loi Macron sur la création des ZTI, elle en vient à vouloir sanctuariser celle du quartier des Olympiades, en proposant au Préfet d’Ile-de-France d’en faire une Zone Commerciale. Lire

Le grand dérapage de la Mairie de Paris – STOP aux nids de poule et à une voirie de plus en plus dangereuse!

Paris, le 6 février 2018 

Jamais, de mémoire de cycliste parisienne, je n’avais vu les chaussées de Paris, dans un état aussi mauvais, accidenté, troué, crevassé.

Une chaussée sur laquelle la dangerosité de circuler s’accentue chaque jour.

Une chaussée qui ne permet plus de circuler sereinement, et tranquillement, tant les trous, détériorations et crevasses, les chantiers anarchiques et mal tenus, obstruent et rendent de plus en plus chaotique la circulation à deux roues. Lire

Communication Objectif Paris Propre

Lire

La propreté : une question de volonté politique et d’application du principe « salisseur-payeur »

Paris, le 23 janvier 2018

Lors du Conseil de Paris de février prochain, la Mission d’Information et d’Évaluation relative à la propreté, dans laquelle j’ai représenté le groupe UDI-MoDem pendant de nombreux mois, va rendre ses conclusions.

Ma conviction est que la propreté est avant tout une question de volonté politique. Or, force est de constater qu’elle n’était pas une priorité pour l’exécutif parisien, loin de là, c’est ce que les travaux et auditions de la MIE ont bien mis en relief. Le premier mérite de cette MIE est d’avoir enfin réussi à les convaincre de l’importance du problème de la propreté à Paris.

La propreté à Paris ne se fera pas non plus sans une nette inversion des mentalités. C’est ce que la Mission d’Information et d’Évaluation relative à la propreté a bien compris, laquelle a, sur mon impulsion, décidé d’ordonner ses préconisations autour de ce constat et d’un principe, celui du salisseur – payeur, pivot central de ses recommandations.

Il est en effet essentiel d’inverser les mentalités, comme cela s’est produit avec le tabagisme : le salisseur est un pollueur qui doit sentir la désapprobation collective, et doit être sévèrement sanctionné.

Ainsi, nous demandons à ce que l’État permette aux collectivités d’augmenter les amendes en cas d’atteintes à la propreté ou encore que les contrôles sur la tenue des chantiers soient renforcés, propositions reprises par le rapport final de la MIE. Mais encore faut-il donner aux Parisiens les moyens de leur propreté, ce qui est encore loin d’être le cas. Lire

Propreté à Paris : appliquons le principe du « salisseur-payeur »

Paris, le 14 décembre 2017

À l’issue de la réunion de conclusion de la MIE relative à la propreté, après 6 mois de travaux, je me réjouis que la Mission d’Information et d’Évaluation se soit accordée pour reprendre en première partie de leurs préconisations ma proposition d’inverser les mentalités en matière de propreté et d’appliquer le principe : « Salisseur-Payeur ».

Celui qui salit ne doit plus pouvoir le faire en parfaite impunité, comme cela a trop été le cas jusqu’à présent. Lire

Budget primitif 2018

Lire

Plus anciens