Eric Azière

Vœu relatif à la votation citoyenne sur le Plan Climat Air Energie

Lire

Composition de la conférence du logement

Lire

Rapport comportant les observations définitives de la CRC sur la gestion par la Ville de Paris des animations emblématiques (Grande Roue, Marché de Noël, etc.)

Lire

Communication Objectif Paris Propre

Lire

Conseil métropolitain – Débat sur le plan Climat parisien

Eric Azière

Fin des moteurs thermiques : la votation citoyenne doit être étendue à la Métropole !

Paris, le 26 janvier 2018

Le groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris proposera dès le Conseil de Paris du 5 février prochain que la votation citoyenne portant sur la fin des moteurs thermiques à Paris d’ici 2030 soit élargie à l’ensemble des communes de la Métropole du Grand Paris.

Si seuls 37% des ménages parisiens disposaient d’une automobile en 2014, selon l’INSEE, ils sont 75% dans toute l’Ile-de-France à en posséder une. Et si seulement 13% des Parisiens utilisent leur voiture, camion ou fourgonnette quotidiennement, ils sont 60% dans l’agglomération parisienne.

Par conséquent, nos voisins de la petite couronne et de la grande couronne seront évidemment les plus impactés par cette décision, si elle est prise. Il est donc normal qu’ils soient enfin interrogés sur cette disposition du plan climat parisien, conçue et prévue par la Maire de Paris dans un superbe isolement géographique et culturel.  Lire

Punaises de lit : il y a urgence à agir

Paris, le 15 janvier 2018

Le phénomène des punaises de lit a commencé en 2010. Aujourd’hui, Paris est dans une situation potentiellement explosive.

Ainsi, le 4 décembre dernier, le Directeur général de Paris Habitat a annoncé aux membres de la 5e Commission du Conseil de Paris, que le budget de l’office HLM consacré à la lutte contre les punaises de lit, qui était de 700.000 euros en 2017, atteindrait 5 millions d’euros en 2018, soit une hausse de plus de 600%.

En mars 2017, 20% des 1000 immeubles d’un autre bailleur social, la RIVP, étaient touchés par l’apparition du phénomène des punaises de lit, selon un article du Parisien.

Ce sujet sera d’ailleurs à l’ordre du jour de la prochaine réunion du Comité inter-bailleurs de la Ville de Paris, le 17 janvier prochain.  Faut-il que le problème soit à ce point préoccupant et grave pour que les représentants des groupes politiques, notamment de l’opposition, ne soient pas conviés à cette réunion ?

Lire

Fiasco du Vélib’ : mais comment en est-on arrivé là ?

Paris, le 12 janvier 2018

Haro sur Smovengo ! La Présidente du syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole et la Maire de Paris semblent s’être entendues à bon compte, ces derniers jours, pour charger le nouvel opérateur  de Vélib’ et lui confier intégralement la responsabilité du fiasco du déploiement du nouveau Vélib’ à Paris et dans les communes de la Métropole concernées.

Dans une interview, la Présidente du syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole Catherine Baratti-Elbaz, affirme en effet que « nous sommes bien conscients que notre opérateur n’est pas à la hauteur sur la continuité du service public Vélib’ ». La Maire de Paris, quant à elle, a déclaré « taper du poing sur la table » et demander l’indemnisation financière à Smovengo, prévue par la loi. Comprenez l’indemnisation de la Mairie de Paris plutôt que l’indemnisation des abonnés.

Le groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris tient à rappeler la responsabilité de la Mairie de Paris dans cet échec, qui de bout en bout, aura pris des décisions dont les conséquences ont abouti à un service Vélib’ en cale sèche depuis plusieurs mois. Lire

Nouveau Vélib’ : une juste compensation pour les usagers

Paris, le 4 janvier 2018

Ce jeudi 4 janvier, à midi, le site internet de Vélib’ annonce 62 stations opérationnelles à Paris, soit à peine 6% du nombre total de stations prévues à terme dans la capitale, et à peine plus de 10% des 500 stations prévues à l’origine pour fonctionner dès le 1er janvier 2018. Pour les usagers de Vélib’, l’année 2018 commence aussi mal que ne s’était terminée l’année 2017.

La Présidente du syndicat mixte Autolib’-Vélib’ Métropole, Mme Catherine Baratti-Elbaz, par ailleurs maire socialiste du XIIe arrondissement, a annoncé la tenue la semaine prochaine d’une réunion consacrée à une amélioration des compensations pour les usagers Vélib’, suite à ce fiasco, reprenant par là une demande répétée depuis plusieurs mois par le groupe UDI-MoDem.

Le groupe UDI-MoDem demande à nouveau au syndicat mixte que tout abonnement pris jusqu’au 31 décembre 2017 soit gratuitement prolongé d’une durée de 6 mois, pour les abonnements aux vélos « traditionnels ». Cette proposition d’un prolongement de l’abonnement a été validée par le Conseil de Paris suite à un vœu de notre groupe en novembre dernier, et il serait temps que la Ville de Paris respecte cet engagement.

Lire

Rapport de la Chambre Régionale des Comptes sur la Grande roue et le marché de Noël : « Un mélange inouï d’improvisation, et d’incompétence »

Paris, le 22 décembre 2017,

Le groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris remercie la Chambre Régionale des Comptes d’Ile-de-France d’avoir confirmé, point par point, tout ce que le Groupe UDI-MoDem a dénoncé depuis Noël 2014, sur l’attribution et les conditions d’exploitation de deux animations, celle de la Grande Roue de la Concorde et celle du marché de Noël des Champs-Élysées.

Comme tout observateur attentif avait pu le relever, à l’évidence ces conventions ont été négociées dans un mélange inouï d’improvisation et d’incompétence, qui a conduit à la totale désinvolture avec laquelle la Mairie de Paris a traité la passation de ces marchés, dans des conditions d’attribution et d’occupation du domaine public approximatives, sans réelle mise en concurrence. En témoignent, dans les éléments du rapport de la CRC parus dans la presse, la sous-évaluation du montant de la redevance, les durées d’exploitation à l’avenant ou encore les 315.000 euros de travaux de consolidation de la place de la Concorde, contribution généreusement offerte par la Ville de Paris.

Outre les Parisiennes et les Parisiens, privés brutalement d’animations en cette période de Noël, les premières victimes de ce gâchis municipal, sont les forains, qui payent cher par leur bannissement de la Ville, cet imbroglio administratif et financier de la mairie. Lire

Plus anciens