Opinion

Meublés touristiques : entre l’interdiction et l’inaction, il y a la juste régulation

Paris, le 22 octobre 2019

 Le groupe UDI-MoDem se félicite de l’adoption au Sénat d’un amendement au projet de loi Engagement et Proximité, qui offre la possibilité aux communes de fixer elles-mêmes la limitation des locations de meublés touristiques, entre 60 et 120 jours par an.

Dès mai 2017, notre groupe a été le premier, au Conseil de Paris, à demander une véritable délégation de pouvoir à la Ville de Paris pour réguler le marché des meublés touristiques. Afin de permettre, – comme nous l’expliquions alors -, « la cohabitation dans la ville de deux  offres touristiques, une offre traditionnelle aux retombées économiques très importantes, et une offre originale,  diverse, qui est celle du meublé touristique », nous proposions une durée maximum de location de 60 jours par an, mais aussi une durée minimum de 2 nuitées consécutives, d’une part pour éviter le recours à ce type de location pour le tourisme d’affaires, et d’autre part afin de limiter la rotation des visiteurs dans les immeubles parisiens. Lire

Projet gare du Nord : la Ville ne fait plus semblant de ne pas être d’accord

Paris, le 18 octobre 2019

 

Il s’est passé ce matin exactement ce que nous avions prévu : au terme d’une volte-face vaudevillesque, la Ville de Paris et la SNCF se sont de nouveau retrouvées pour mener à bien le projet de rénovation de la gare du Nord.

Comme je l’avais indiqué lors du dernier Conseil de Paris, « ce projet va aboutir, il va être mené à terme. Dès que le permis de construire sera accordé, les travaux vont commencer et ce projet sera terminé pour les Jeux de 2024. Travaillons au sein du projet urbain partenarial, instance dans laquelle la Ville peut apporter sa contribution, pour améliorer ce projet ». Lire

Délinquance et insécurité à Paris : un bilan désastreux !

Paris, le 17 octobre 2019,

 

Les années se suivent et avec eux les constats d’échec d’une municipalité impuissante à endiguer l’inquiétante recrudescence de l’insécurité et de la délinquance à Paris. Cette année encore, ce sont 234 211 faits de délinquances qui ont été recensés entre janvier et septembre, soit plus de 10,5% par rapport à 2018 ! La hausse est particulièrement forte pour les destructions et dégradations (+15,4%) et pour les vols et cambriolages (+12,4%).

Ces chiffres nous sont communiqués dans un contexte particulièrement tendu entre la Ville de Paris et la Préfecture de Police, quand l’urgence et la gravité de la situation obligent plus que jamais à travailler de concert et en bonne intelligence. Il serait grand temps que la Maire de Paris mette de côté ses différends politiques avec le Préfet et le Gouvernement, aux services de la sécurité des Parisiens. Las, on en est loin ! Lire

Paris mérite une gare du Nord modernisée pour 2024

Paris, le 11 octobre 2019

 

Malgré les récentes gesticulations de la majorité parisienne, davantage motivées par des visées électoralistes court-termistes que par une réelle remise en cause d’un projet soutenu et accompagné depuis le début par la Ville de Paris, l’avis favorable rendu par la Commission Nationale d’Aménagement Commercial (CNAC) au projet d’extension et de modernisation de la Gare du Nord permettra au permis de construire d’être délivré à temps, et à la future Gare du Nord d’être prête pour les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.

Le groupe UDI-MoDem se félicite de cette décision, qui valide un projet de modernisation indispensable, non seulement pour les usagers quotidiens et les voyageurs, qui méritent une gare rénovée, agrandie et modernisée, que pour les riverains des 10e et 18e arrondissements, qui subissent en permanence la saturation d’une gare enserrée au cœur d’un quartier déjà très dense. 

L’avis favorable rendu par la CNAC n’est pas pour autant un chèque en blanc remis à StatioNord, le porteur du projet composé de SNCF Gares et Connexions et de la filiale d’Auchan CEETRUS. Le projet doit se faire mais il reste perfectible sur plusieurs points : préservation des espaces verts, qualité de l’aménagement des espaces publics, gestion des flux de desserte. Les élus parisiens avaient d’ailleurs alerté sur ces différents aspects lors du Conseil de Paris de juillet dernier, tout en donnant un avis favorable à la demande du permis de construire. La quantité de m² commerciaux prévus dans l’enceinte de la gare doit également être interrogée, en gardant à l’esprit que la priorité doit être donnée à la bonne circulation des voyageurs plutôt qu’à une opération de merchandising. Lire

Gare du Nord 2024 : Passe-moi la rhubarbe, je te passe le séné !

Paris, le 2 octobre 2019

 

Le projet de rénovation et d’extension de la Gare du Nord est un projet délicat, difficile mais pourtant indispensable pour la Ville de Paris.

Délicat, parce qu’il s’agit de la première gare d’Europe en termes de trafic, ainsi que d’un bâtiment dont la valeur patrimoniale n’est plus à démontrer puisque classé aux monuments historiques.

Difficile, parce que le projet se fait dans un espace contraint, sans grand parvis, enserré au cœur d’un des arrondissements les plus denses de Paris.

Indispensable, car il s’agit de la dernière gare parisienne qui n’a pas été rénovée, mais aussi car il faut répondre à l’augmentation du nombre de voyageurs, qui passera de 220 millions par an aujourd’hui à 260 millions en 2024, et être prêt pour accueillir les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024, pendant lesquels la gare du Nord sera la porte d’accès des différents sites olympiques. Lire

Hommage du groupe UDI-MoDem à Jacques Chirac

Paris, le 26 septembre 2019

 

C’est avec une grande émotion que le groupe UDI-MoDem a appris la disparition du Président Jacques Chirac.

Nos premières pensées vont à son épouse, Madame Bernadette Chirac, sa fille, Madame Claude Chirac, son petit-fils, ainsi qu’à tous ses proches à qui nous adressons toutes nos condoléances.

Aujourd’hui, la France toute entière, et Paris plus spécifiquement, est en deuil de celui qui fut tour à tour ministre, député, premier ministre, Président de la République de 1995 à 2007, mais surtout pour nous Maire de Paris pendant près de 20 ans. Une vie et une personnalité riche et complexe.

Les centristes libéraux parisiens, élus du groupe « Paris Liberté », de l’UDF à l’UDI-MoDem garderont en mémoire l’honneur qu’ils ont eu de pouvoir gouverner à ses côtés à l’Hôtel de Ville de Paris, partageant et admirant son inépuisable énergie, son infatigable volonté, son insatiable appétit de vivre. Lire

Propreté à Paris : La réalité vécue des Parisiens et les déclarations de la maire ne font pas bon ménage !

Paris, le 23 septembre 2019

 

Se défausser de ses responsabilités – notamment sur l’État et la Région – est décidément devenu une habitude pour la maire de Paris : sécurité du quotidien, accueil des migrants, régulation des trottinettes électriques,… La Ville de Paris serait bien démunie pour répondre aux grands enjeux auxquels elle fait face !

Cette fois-ci, à en croire Anne Hidalgo, si les rues de Paris sont sales, ce n’est (toujours) pas de la faute de l’exécutif municipal… Mais de celle des Parisiens eux-mêmes, qui souffriraient de sérieux « problèmes d’éducation » !

En réalité, il est temps que la maire de Paris comprenne que la création d’une application permettant aux riverains de signaler les problèmes de propreté ne peut pas être l’alpha et l’oméga de la politique de propreté parisienne, comme le montre l’insatisfaction croissante des Parisiens concernant le bilan de la Ville en matière de propreté, jugé négatif pour 74% d’entre eux.

S’il a fallu 18 ans pour que la maire de Paris se rende compte de l’état des rues de la capitale, le groupe UDI-MoDem n’a cessé de pointer les dysfonctionnements de la majorité depuis le début de la mandature, en particulier une gestion trop centralisée de la propreté. Lire

Mairie de Paris : le syndrome de « Tcherno-bis » ?

Paris, le 20 septembre 2019

 

 Depuis l’incendie de Notre-Dame, qui a provoqué la fonte de près de 400 tonnes de plomb dont les particules se sont déposées dans les quartiers alentours, chaque semaine contient son lot de découvertes de nouvelles pollutions au plomb, nourrissant un climat émotionnel particulièrement anxiogène : taux de plomb élevés chez plusieurs enfants, niveaux inhabituels de pollution dans la station Saint-Michel et hors-normes sur le parvis de la cathédrale ainsi que dans les rues adjacentes, suspension du chantier de sauvetage de Notre-Dame, enquête du New York Times révélant de graves manquements des pouvoirs publics, fermeture de deux écoles du 6e arrondissement, rentrée de cinq écoles privées reportée de plusieurs jours, taux de plomb vingt fois supérieurs à la valeur de référence relevés dans un appartement du 7e arrondissement…

Si le lien entre la plombémie des enfants ayant réalisé des tests et l’incendie de la cathédrale n’a pas été systématiquement établi, la Ville, en lien avec l’ARS et les ministères concernés, doit mettre fin à ces inacceptables tâtonnements quant aux conséquences de ce drame en matière de pollution et de santé des Parisiens.

Pour le groupe UDI-MoDem, il est urgent de prendre le problème dans sa globalité. La priorité est d’évaluer scientifiquement les trajectoires des fumées de l’incendie et les processus de dépôt de particules de plomb, pour redéfinir les contours du périmètre de zone à risque établi par l’Agence régionale de santé (ARS) d’Ile-de-France, qui semble trop circonscrit.

Le groupe UDI-MoDem s’étonne ainsi que le jardin du Luxembourg, pourtant situé au sud-ouest de la cathédrale, dans la trajectoire du panache de fumée, ait été écarté du périmètre d’investigation de l’ARS. Rien ne permet pourtant d’affirmer que, tel le nuage de Tchernobyl, les particules de plomb se soient arrêtées aux grilles du jardin. Lire

Pollution au plomb à Paris: au-delà de l’incendie de Notre-Dame, on en est où ?

Paris, le 7 août 2019

Les conséquences de l’incendie de Notre-Dame en termes de pollution au plomb dans Paris doivent être l’occasion d’établir un bilan global de l’exposition des Parisiens à ce métal dont les impacts sur la santé peuvent être très graves, notamment chez les plus jeunes.

Alors qu’associations, syndicats, pouvoirs publics et médias participent, à coups de déclarations plus souvent contradictoires que complémentaires, à l’absence d’un constat clair et lucide sur le rôle spécifique de l’incendie du 15 avril sur la pollution au plomb à Paris, ce débat doit nous amener à nous interroger plus largement sur la présence de plomb dans la capitale. Lire

 « Police municipale » à Paris : la montagne accouche d’une souris

Paris, le 16 juillet 2019

La présentation ce matin de la future police municipale parisienne a confirmé ce que nous redoutions : la création d’une police municipale à Paris n’est que l’énième effet d’annonce d’un exécutif qui rentre dans l’idée d’une police municipale à reculons.

Hormis une hausse attendue des effectifs de 6%, rien de plus qu’un changement de nom n’est prévu pour l’actuelle Direction de la Prévention, de la Sécurité et de la Protection (DPSP).

La police municipale promise serait ainsi en charge de la tranquillité publique ( ?), de la circulation ( ?) et de la lutte contre les incivilités ( ?)…Trois missions floues dont la qualification juridique n’est pas définie, qui ne sont encadrées par aucune loi,  et dont les 3 200 agents de la DPSP sont déjà en charge ! Lire

Plus anciens