Santé et solidarité

Vœu relatif à l’interdiction de l’utilisation des enfants à des fins de mendicité.

Lire

Vœu relatif au soutien aux personnes LGBT en Tchétchénie

Lire

Vœu relatif au contrôle des terrasses pour fumeurs

Lire

Approbation de la stratégie OndesParis

Lire

Enfants en situation de rue : il faut agir avec humanité et fermeté

Paris, le 29 mars 2017

Depuis plusieurs années, nous assistons à des situations, illégales, de mendicité incluant des mineurs, parfois des enfants très jeunes ou des nourrissons. Aujourd’hui, ce phénomène, alarmant et dramatique, prend une toute autre tournure, car nous pouvons, chaque jour, assister, à des situations quasi inédites de mendicité d’enfants, seuls, dans le métro parisien, ou ailleurs.

Les arrêtés « anti-mendicité », limités dans le temps, permettent de suspendre temporairement l’exploitation de ces enfants en luttant contre les activités des réseaux criminels tout en mettant en exergue la nécessaire protection de l’intégrité et de la dignité des mineurs, mais ils ne sont pas suffisamment respectés et ne peuvent néanmoins constituer la seule réponse et doivent par conséquent s’articuler avec des mesures sanitaires et sociales. La Ville de Paris doit s’interroger sur l’opportunité de mettre en place ces arrêtés.

Ces drames sont de surcroît nourris par l’arrivée du Maroc par des réseaux organisés, d’enfants et d’adolescents isolés et toxicomanes, en situation de grande détresse, principalement dans le quartier de la Goutte d’Or, dans le 18ème arrondissement.

Comment, en France, à Paris, peut-on accepter ou tolérer ces situations ? La protection de l’enfance doit prioritairement guider l’action publique, d’où qu’elle vienne. Malheureusement, les pouvoirs publics semblent démunis face à ces phénomènes qui nous ramènent à des temps reculés. Et nombreux sont les Parisiens et visiteurs qui, témoins quotidiennement de ces situations insoutenables, se sentent impuissants, sans savoir comment agir. Lire

Salle de consommation à moindre risque : un bilan positif à encourager

Paris, le 29 mars 2017

Depuis 2010, les centristes défendent, au Conseil de Paris, l’idée d’une expérimentation d’une salle de consommation à moindre risque à Paris afin de lutter contre la toxicomanie et l’addiction, afin d’encadrer de telles pratiques dans un cadre hospitalier.  

Le sujet est trop grave et important pour servir de chiffon rouge à une communication fondée sur les peurs, les angoisses, car si les questionnements et inquiétudes de certains riverains sont légitimes, notamment suite à la rixe, la seule d’ailleurs, survenue aux abords de la salle le 26 février dernier, leur instrumentalisation est inacceptable, alors même que les résultats en termes de santé publique, d’addictologie et du nombre de seringues retrouvées sur le sol aux abords de la salle sont bien réels.

Pour avoir pu rencontrer sur place l’équipe en charge de la salle de consommation, dont je voudrais d’ailleurs saluer l’immense professionnalisme, notre groupe UDI-MoDem a proposé un vœu, adopté par le Conseil de Paris, proposant que la sécurisé soit renforcée par une présence policière plus forte et visible aux abords de la salle. Lire

Vœu relatif à la salle de consommation à moindres risques

Lire

Voeu relatif à la protection des enfants en situation de rue

Lire

Stratégie parisienne “Handicap, inclusion et accessibilité universelle 2021”

Lire

Aide d’urgence à la Nouvelle-Calédonie

Lire
Plus anciens