Education

Il faut sauver le Musée en Herbe

Paris, le 5 juillet 2018

Le groupe UDI-MoDem interpelle la Ville de Paris sur la situation du Musée en herbe, fermé par la Préfecture de Police depuis le 6 juin dernier, suite à l’effondrement d’un pan de mur de la Samaritaine rue l’Arbre-sec, actuellement en travaux.

Dès lors, l’accès principal du Musée en herbe étant fermé, l’établissement ne peut plus accueillir de public et doit faire les frais d’une situation financière alarmante.

Le groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris souhaite que la Ville de Paris fasse pression auprès du groupe LVMH, responsable du chantier de la Samaritaine, pour que les compensations financières demandées par le Musée en Herbe à l’assureur concerné, qui nous semblent légitimes, lui soient versées au plus vite. Lire

Création de la Régie personnalisée Ecole du Breuil

Lire

Rapport CRC sur l’exercice de la compétence scolaire et périscolaire de la Ville de Paris – Exercice 2013 et suivants

Lire

Projet d’école au Forum des Images

Lire

Subventions (1.008.409,19 euros) et conventions annuelles d’objectifs pour les projets d’animation mis en oeuvre dans les écoles publiques au titre des Temps d’Activités Périscolaires.

Lire

Les colonies de vacances arc-en-ciel sauvées, mais dans quel état ?

Paris, le 21 février 2018

La Maire de Paris et son adjoint ont annoncé ce jour le rétablissement des colonies de vacances arc-en-ciel, après en avoir décidé la suppression en décembre dernier.

Face à la légitime mobilisation des familles impactées par cette décision injuste et incompréhensible, la Mairie de Paris décide donc, une nouvelle fois, d’effectuer une volte face bienvenue, mais dont les Parisiennes et les Parisiens, et surtout les près de 7000 enfants et adolescents bénéficiaires chaque année, se seraient bien passés.

Lors du dernier Conseil de Paris, le groupe UDI-MoDem, à l’instar d’autres groupes politiques, avait présenté un vœu demandant le rétablissement de ce dispositif essentiel pour de nombreux enfants et adolescents parisiens, alors que la Ville de Paris avait proposé, non sans un certain mépris, aux enfants des classes moyennes, de se contenter de Paris Plages et des voies sur berges comme lieu alternatif de villégiature estivale, comme le rapportait alors la presse. Lire

Voeu relatif à la suppression du dispositif des « vacances arc-en-ciel »

Lire

Création de l’observatoire parisien de la mixité sociale et de la réussite éducative

Lire

Vœu relatif au service d’accueil minimum des élèves dans les écoles du 14e

Lire

Service minimum d’accueil dans les écoles parisiennes : l’information doit être plus fluide

Paris, le 9 octobre 2017

Le préavis de grève déposé dans les établissements scolaires du premier degré à Paris, demain mardi 10 octobre, par le syndicat Snuipp-FSU 75, devrait, si l’on en croit ses représentants, concerner près de 70 écoles maternelles et primaires dans la capitale.

Si le droit de grève du personnel enseignant et éducatif est inaliénable et ne saurait souffrir d’aucune remise en cause, celui de l’accueil minimum des élèves dans les établissements, garanti par la loi du 20 août 2008, l’est tout autant et doit également être respecté.

Or, de nombreux parents d’élèves sont régulièrement inquiets quant au respect de cette obligation légale, puisqu’à plusieurs reprises, l’information concernant le service minimum d’accueil des élèves n’a souvent été connue que la veille au soir, voire le matin-même. Lire

Plus anciens