Environnement

Vœu relatif à la pollution au plomb liée à l’incendie de Notre-Dame

Retour à la séance

 

Eric Azière

 

Propreté à Paris : La réalité vécue des Parisiens et les déclarations de la maire ne font pas bon ménage !

Paris, le 23 septembre 2019

 

Se défausser de ses responsabilités – notamment sur l’État et la Région – est décidément devenu une habitude pour la maire de Paris : sécurité du quotidien, accueil des migrants, régulation des trottinettes électriques,… La Ville de Paris serait bien démunie pour répondre aux grands enjeux auxquels elle fait face !

Cette fois-ci, à en croire Anne Hidalgo, si les rues de Paris sont sales, ce n’est (toujours) pas de la faute de l’exécutif municipal… Mais de celle des Parisiens eux-mêmes, qui souffriraient de sérieux « problèmes d’éducation » !

En réalité, il est temps que la maire de Paris comprenne que la création d’une application permettant aux riverains de signaler les problèmes de propreté ne peut pas être l’alpha et l’oméga de la politique de propreté parisienne, comme le montre l’insatisfaction croissante des Parisiens concernant le bilan de la Ville en matière de propreté, jugé négatif pour 74% d’entre eux.

S’il a fallu 18 ans pour que la maire de Paris se rende compte de l’état des rues de la capitale, le groupe UDI-MoDem n’a cessé de pointer les dysfonctionnements de la majorité depuis le début de la mandature, en particulier une gestion trop centralisée de la propreté. Lire

Etat des lieux des contenants alimentaires en plastique dans la restauration collective municipale parisienne

Retour à la séance

 

Maud Gatel

Communication relative au « rafraîchissement urbain »

Retour à la séance

 

Yann Wehrling

Vœu relatif à l’ancien TEP Ménilmontant

Retour à la séance

 

Eric Hélard et Leïla Diri

« Street-pooling » : il est urgent d’agir !

Paris, le 28 juin 2019

 Avec la canicule et le retour des chaleurs estivales est réapparu dans le paysage parisien le phénomène du « street-pooling », une mode aussi dangereuse que coûteuse dont le principe est d’ouvrir les bouches à incendie pour les transformer en véritable geyser urbain. Si on ne s’y attaque pas sérieusement, ce phénomène risque fort de perdurer avec les épisodes de chaleur intense auxquels nous serons hélas confrontés de plus en plus fréquemment dans l’avenir.

Alors que l’eau devient une denrée rare qu’il nous faut économiser, cette pratique s’apparente à un véritable gaspillage écologique, qui avait déjà fait perdre 600 000 m3 d’eau en Ile-de-France en 2017, pour un coût estimé entre 600 000 et 800 000 euros pour la collectivité. Lire

Le Paris imaginaire d’Anne Hidalgo

Paris, le 13 juin 2019


Une fois encore, avec l’annonce de la création d’une forêt urbaine sur 4 sites emblématiques de la capitale, la maire de Paris démontre qu’elle vit dans un Paris imaginaire.

Une fois encore, les perspectives d’architectes et les plans d’urbanistes font croire à la maire de Paris que ses projets rentrent dans la réalité des Parisiens.

En réalité la maire de Paris annonce beaucoup, mais les Parisiens ne voient rien. Lire

Pollutions et santé des écoliers parisiens

Lire

TEP Ménilmontant : Le groupe UDI-MoDem se félicite de la suspension du projet

Paris, le 31 mai 2019

 

Le groupe UDI-MoDem se félicite de la décision de la Maire de Paris de renoncer au projet immobilier prévu au 49-53 boulevard de Ménilmontant, qui prévoyait la destruction du terrain d’éducation physique (TEP) Ménilmontant au profit d’un programme de logements sociaux, d’un gymnase et d’une déchetterie.

Alors que le 11e arrondissement est déjà l’arrondissement le plus dense de la capitale avec plus de 42 000 habitants au km² et manque cruellement d’espace verts, ce projet de bétonnage du TEP Ménilmontant était perçu comme une véritable provocation pour les riverains, les élus parisiens et tous ceux qui défendent l’idée d’une ville durable, habitable et écologiquement responsable. Lire

Pollution de l’air dans le métro parisien : de l’urgence d’agir !

Paris, le 14 mars 2019

Ce mardi 12 mars, un article du Parisien a évoqué la grave question du niveau vertigineux de pollution dans le métro et le RER parisiens. Celui-ci se révèle par endroits 12 fois supérieur aux taux mesurés dans l’air ambiant, et 10 fois plus élevé que les recommandations formulées par l’Organisation Mondiale de la Santé.

Dès 2014, j’avais alerté la majorité d’Anne Hidalgo sur cette grave problématique pour la santé des usagers des transports ainsi que celle des 26 000 personnes qui travaillent dans les réseaux souterrains de la RATP et de la SNCF, et dont personne ne semblait se soucier ni à la Région ni à la Mairie. Mon propos n’avait alors rencontré qu’un silence assourdissant. Quand j’ai réitéré ma question en 2015, la Mairie s’était cette fois déchargée de toute responsabilité sur le dossier.

Lire

Plus anciens