Sécurité

Communication sur la stratégie LGBTQI+

Madame La Maire, mes chers collègues,

Comment ne pas commencer ce débat en ayant une pensée émue pour Jean-Luc Romero. Vous avez souhaité lui adresser un message de soutien et de sympathie Madame la Maire, je veux bien sûr m’associer à ce message, tout comme les élus du groupe UDI-MoDem et j’imagine l’ensemble de cette assemblée en adressant à mon tour à Monsieur Romero mes plus sincères condoléances.

Lire

Communiqué relatif à un hommage à Amandine

Paris, le 27 avril 2018

Le 5 janvier dernier, Amandine, jeune femme de 27 ans, originaire de Nice, membre de la brigade fluviale de la Préfecture de Police de Paris, a disparu à l’occasion d’un exercice dans la Seine, alors en crue aiguë.

Dans de telles circonstances, la justification apportée par la Préfecture de Police de Paris à cet absence d’hommage, presque 5 mois après sa disparition, n’est pas acceptable.

Ni l’enquête en cours sur sa disparition, ni le fait que son corps n’ait pas encore été retrouvé, ne peuvent nous dispenser de lui rendre officiellement un hommage.

Le groupe UDI-MoDem se demande quand et dans quelles conditions le Conseil de Paris va enfin rendre hommage à sa mémoire.

Lire

Plaque commémorative en hommage à Xavier Jugelé

Lire

Gestion des chutes de neige : la Maire de Paris doit faire face à ses responsabilités

Paris, le 8 février 2018

La maire de Paris a beau assurer que sa gestion des conséquences du fort épisode neigeux qu’a connu Paris ces derniers jours n’a souffert d’aucune faiblesse, force est de constater que la réalité est toute autre et que l’exécutif parisien est loin d’avoir réalisé pleinement son travail.

Depuis hier, de nombreux agents du service public municipal travaillent avec acharnement pour améliorer la situation, et nous saluons leur mobilisation. Néanmoins, nous constatons, que ce soit à cause de moyens trop limités, ou de directives incomplètes, que la situation est loin d’être exemplaire, surtout pour les piétons, dont de nombreuses chutes, souvent graves, ont provoqué un afflux d’interventions par les secours. Les pompiers sont par exemple débordés avec un surcroît de 400 interventions dans la journée d’hier, majoritairement dues à des chutes de piétons sur les trottoirs glissants. Lire

Le grand dérapage de la Mairie de Paris – STOP aux nids de poule et à une voirie de plus en plus dangereuse!

Paris, le 6 février 2018 

Jamais, de mémoire de cycliste parisienne, je n’avais vu les chaussées de Paris, dans un état aussi mauvais, accidenté, troué, crevassé.

Une chaussée sur laquelle la dangerosité de circuler s’accentue chaque jour.

Une chaussée qui ne permet plus de circuler sereinement, et tranquillement, tant les trous, détériorations et crevasses, les chantiers anarchiques et mal tenus, obstruent et rendent de plus en plus chaotique la circulation à deux roues. Lire

Voeu relatif à la saisine de la Brigade de Lutte contre les Incivilités (BLI) par appel téléphonique

Lire

Crue de la Seine : finissons-en avec la politique de l’autruche.

Paris, le 23 janvier 2018

Il y a moins d’un mois, le 9 janvier, la Seine a connu un pic de crue à 4,04 mètres.

Aujourd’hui, cette précédente crue et les fortes pluies du mois de janvier, poussent une nouvelle fois la Seine à sortir de son lit, avec des prévisions d’une hauteur minimale de 5,7 mètres mercredi 24 janvier, approchant ainsi du niveau de la crue de juin 2016, avec ses 6,10 mètres, et qui avaient commencé à paralyser certaines lignes de transports en commun, et à provoquer plusieurs dommages matériels.

Les épisodes de crue se suivent et se succèdent. Et si nous n’avons pas encore suffisamment de recul pour en être certains, le changement climatique et l’imprévisibilité de ses conséquences peuvent être un facteur aggravant du nombre de crues que risque de connaître la capitale dans les années et décennies à venir.

Il est donc, plus que jamais, urgent, que les pouvoirs publics cessent cette politique de l’autruche qui consiste à ne mettre les moyens que sur la gestion de l’urgence, et jamais sur les investissements nécessaires permettant de prévenir une partie des dommages astronomiques que coûterait une nouvelle crue centennale, comme Paris en a connue en 1910. 

Depuis plus de 15 ans, une solution, partielle, existe pourtant : le projet de barrages-réservoirs de La Bassée, élaboré en 2001 par l’institution des Grands Lacs de Seine. Ce projet permettrait, selon les estimations de stocker 55 millions de m3 d’eau et ainsi de réduire de 30% les dommages dus à une crue de type 1910. Pourtant, les pouvoirs publics continuent de faire la fine bouche face au coût de cet investissement, 500 millions d’euros, alors même que l’OCDE a estimé les dégâts directs d’une crue centennale à hauteur de 40 milliards d’euros, à l’échelle du Grand Paris ! Lire

Bibliothèque Vaclav Havel : une situation inacceptable

Paris, le 8 janvier 2017

 

Les élus du groupe UDI-MoDem ont appris avec consternation les conditions inacceptables dans lesquelles le personnel de la bibliothèque municipale Vaclav Havel, dans le 18ème arrondissement, exerce ses fonctions.

Les incivilités et violences qui semblent avoir été commises à l’endroit du personnel ne peuvent rester impunies.

Le groupe UDI-MoDem assure le personnel de la bibliothèque de tout son soutien et demande à l’exécutif parisien de prendre toutes les mesures nécessaires pour sécuriser ce site, y compris en termes de vidéoprotection, afin de pouvoir appréhender les auteurs de telles actes d’incivilités et de violences. Lire

Intempéries : la Seine en crue se rappelle à notre bon souvenir

Paris, le 5 janvier 2018

Les fortes intempéries, cette semaine, ont à nouveau fait entrer la Seine en crue, menaçant de nouveau les Parisiens et les Franciliens d’un nouvel épisode d’inondations.

Si, à l’heure actuelle, le pic prévu entre 3,5 et 4 mètres dans la nuit de dimanche à lundi est encore loin du record de la crue centennale de 1910 qui avait atteint 8,62 mètres, ou du niveau de la crue de juin 2016 avec ses 6,10 mètres, ce nouvel épisode doit être vu comme un rappel de la menace qui plane au-dessus de la capitale, et de la nécessité de mettre en place les mesures de prévention, qui depuis des décennies traînent à être mises en œuvre.

Le projet de barrages-réservoirs de La Bassée élaboré en 2001 par l’institution des Grands Lacs de Seine, qui permettrait selon les estimations de stocker 55 millions de m3 d’eau et ainsi de réduire de 30% les dommages dus à une crue de type 1910, n’a jamais connu le soutien qu’il aurait dû avoir par les pouvoirs publics, arguant que son coût de 500 millions d’euros était un investissement trop important. Sur les dix casiers que compte le projet, un seul sera réalisé à l’horizon 2020. Lire

Vœu relatif à la rationalisation de l’utilisation des sirènes des véhicules prioritaires

Lire

Plus anciens