Sécurité

Affaire Benalla : la Ville de Paris doit se constituer partie civile

 

Le groupe UDI-MoDem déplore que des éléments de vidéo-protection semblent avoir été transmis par des fonctionnaires de la Préfecture de Police à une personne n’ayant ni autorité, ni compétence pour y avoir accès, à sa demande propre et pour son seul intérêt personnel. Cette attitude contrevient au principe selon lequel seuls les agents habilités par l’autorisation préfectorale, dans le cadre de leurs fonctions, sont destinataires des images et enregistrements ainsi captés sur l’espace public, ainsi que défini par l’article L 252-2 du Code de la Sécurité Intérieure.

De plus, la durée de conservation des enregistrements de vidéosurveillance, limitée à un mois, ne paraît pas avoir été respectée, ce qui enfreint manifestement l’article L254-1 du Code de la Sécurité intérieure, qui prévoit une peine de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende, « sans préjudice des dispositions des articles 226-1 du Code pénal » . Lire

Affaire Benalla : la confidentialité des données issues de la vidéosurveillance à Paris est remise en cause !

Le groupe UDI-MoDem au Conseil de Paris regrette qu’à l’heure où la Ville de Paris déploie des caméras de surveillance sur l’ensemble de son territoire, afin de renforcer le plan de vidéo-protection destiné à assurer la tranquillité et la sécurité sur l’espace public mais également à épauler les forces de l’ordre dans l’accomplissement de leurs missions de résolution des infractions commises sur l’espace public, cet usage ait été détourné de son objectif initial, aux dépens du droit de propriété de la ville de Paris sur ces images, au profit de l’intérêt particulier d’un collaborateur politique.

 

Ce dispositif de vidéo-protection, – que le groupe UDI-MoDem a soutenu et appelé de ses vœux dès le début de la mandature, encourageant même, l’usage de « caméras vertes », dès le Conseil de Paris de septembre 2015, permettant de lutter contre les atteintes à la salubrité publique en favorisant la verbalisation de contrevenants jetant délibérément leurs ordures sur les sites parisiens-, ne peut être soutenu et développé que dans la mesure où les procédures de confidentialité des informations recueillies par ces caméras sont respectées et rigoureusement réglementées. Lire

Police municipale à Paris : La mairie aura mis 20 ans pour reconnaitre une évidence !

Depuis les années 2000, l’Exécutif parisien – Anne Hidalgo en tête- n’a eu de cesse d’adresser aux élus centristes une opposition ferme aux demandes répétées de création d’une « police municipale ».

Aujourd’hui, la maire de Paris entend enfin lever les tabous de la mise en place d’une police municipale, et de son armement. Il aura fallu 20 ans d’obstination pour se rallier à une évidence, rappelée une nouvelle fois par Eric Hélard lors du dernier Conseil de Paris : Paris a besoin d’une « police municipale ».

Lire

Passages piétons arc-en-ciel : ne rien lâcher aux lâches

Paris, le 29 juin 2018

 Le groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris a appris avec consternation que les passages piétons arc-en-ciel du Marais avaient de nouveau été dégradés par des tags homophobes durant la nuit du jeudi 28 au vendredi 29 juin, la veille de la Marche des Fiertés.

Le groupe UDI-MoDem condamne avec la plus grande force et fermeté ces dégradations lâches et haineuses, qui n’honorent ni ceux qui les ont réalisées, ni ceux qui s’en félicitent sur les réseaux sociaux.

Il convient désormais d’appréhender au plus vite le ou les auteurs de ces délits réitérés, et de prendre des sanctions judiciaires exemplaires, afin d’affirmer l’impérieuse nécessité de la lutte contre l’homophobie. Lire

Question d’actualité relative à l’armement des agents de la DPSP

Lire

Communication sur la stratégie LGBTQI+

Madame La Maire, mes chers collègues,

Comment ne pas commencer ce débat en ayant une pensée émue pour Jean-Luc Romero. Vous avez souhaité lui adresser un message de soutien et de sympathie Madame la Maire, je veux bien sûr m’associer à ce message, tout comme les élus du groupe UDI-MoDem et j’imagine l’ensemble de cette assemblée en adressant à mon tour à Monsieur Romero mes plus sincères condoléances.

Lire

Communiqué relatif à un hommage à Amandine

Paris, le 27 avril 2018

Le 5 janvier dernier, Amandine, jeune femme de 27 ans, originaire de Nice, membre de la brigade fluviale de la Préfecture de Police de Paris, a disparu à l’occasion d’un exercice dans la Seine, alors en crue aiguë.

Dans de telles circonstances, la justification apportée par la Préfecture de Police de Paris à cet absence d’hommage, presque 5 mois après sa disparition, n’est pas acceptable.

Ni l’enquête en cours sur sa disparition, ni le fait que son corps n’ait pas encore été retrouvé, ne peuvent nous dispenser de lui rendre officiellement un hommage.

Le groupe UDI-MoDem se demande quand et dans quelles conditions le Conseil de Paris va enfin rendre hommage à sa mémoire.

Lire

Plaque commémorative en hommage à Xavier Jugelé

Lire

Gestion des chutes de neige : la Maire de Paris doit faire face à ses responsabilités

Paris, le 8 février 2018

La maire de Paris a beau assurer que sa gestion des conséquences du fort épisode neigeux qu’a connu Paris ces derniers jours n’a souffert d’aucune faiblesse, force est de constater que la réalité est toute autre et que l’exécutif parisien est loin d’avoir réalisé pleinement son travail.

Depuis hier, de nombreux agents du service public municipal travaillent avec acharnement pour améliorer la situation, et nous saluons leur mobilisation. Néanmoins, nous constatons, que ce soit à cause de moyens trop limités, ou de directives incomplètes, que la situation est loin d’être exemplaire, surtout pour les piétons, dont de nombreuses chutes, souvent graves, ont provoqué un afflux d’interventions par les secours. Les pompiers sont par exemple débordés avec un surcroît de 400 interventions dans la journée d’hier, majoritairement dues à des chutes de piétons sur les trottoirs glissants. Lire

Le grand dérapage de la Mairie de Paris – STOP aux nids de poule et à une voirie de plus en plus dangereuse!

Paris, le 6 février 2018 

Jamais, de mémoire de cycliste parisienne, je n’avais vu les chaussées de Paris, dans un état aussi mauvais, accidenté, troué, crevassé.

Une chaussée sur laquelle la dangerosité de circuler s’accentue chaque jour.

Une chaussée qui ne permet plus de circuler sereinement, et tranquillement, tant les trous, détériorations et crevasses, les chantiers anarchiques et mal tenus, obstruent et rendent de plus en plus chaotique la circulation à deux roues. Lire

Plus anciens