Urbanisme

Logements sociaux dans l’ilot Saint Germain : l’illusion de mixité sociale

Paris le 1er juin 2018

Avec la création de 250 logements sociaux dans l’îlot Saint Germain, entre les Invalides et l’Assemblée nationale, la mairie semble plus soucieuse de l’impact médiatique et politique de cette mesure, que de sa réelle portée en matière de mixité sociale.

Le déséquilibre de logements sociaux entre les arrondissements de la capitale est important, avec des arrondissements littéralement saturés de logements sociaux (42% dans le 19è, 40,5% dans le 13è, 36,5% dans le 20è) et le 7è qui n’en compte que 3%.

Il faut y remédier, et favoriser une meilleure répartition des logements sociaux sur l’ensemble du territoire parisien. Encore faut-il le faire avec raison.

Alors que les documents d’urbanisme prévoyaient que 30% des logements de l’îlot Saint Germain soient destinés au logement social, la Ville avait choisi, il y a deux ans, d’en réserver 50% sur le bâtiment sur Jardin, et 100% de logements sociaux sur le reste de la parcelle. Plus généralement, la Ville prévoit de transformer ses réserves foncières dans le 7è arrondissement en logements 100% sociaux.

Dans un arrondissement où la mixité sociale se vit plutôt à l’échelle des immeubles, beaucoup abritant encore les familles des gardiens, créer des enclaves de logements 100% sociaux entre deux ministères ne permettra pas de réaliser une mixité sociale réelle et intégrée.

Plutôt que de s’enfermer dans un tel schéma, suranné depuis l’urbanisme des grands ensembles, la Ville de Paris aurait mieux fait de répartir de manière plus équilibrée les 250 logements sociaux à différentes adresses de l’arrondissement, notamment en transformant les chambres de bonnes, comme elle l’avait prévu, et de prévoir d’avantage de mixité au sein de l’ilot Saint Germain, entre le logement social, le logement intermédiaire, et le logement à loyers libres, ce qui assurerait à terme, de meilleures conditions pour favoriser une mixité sociale réelle.

 

Yves Pozzo di Borgo

Conseiller de Paris (7ème)

Vœu relatif à l’amélioration de l’application « Dans ma rue »

Lire

Exonération de la taxe locale sur la publicité extérieure applicable aux supports de publicité dépendant de contrats ou de conventions et assujettis à redevance d’occupation du domaine public

Lire

Ouverture matinale des parcs et jardins : une expérimentation réussie

Paris, le 27 avril 2018

Le groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris salue la décision de l’exécutif de répondre à sa proposition d’étendre les horaires d’ouverture de dix nouveaux parcs et jardins dans la capitale, une heure plus tôt en matinée.

En novembre 2016, le groupe UDI-MoDem avait fait adopter un vœu proposant cette expérimentation. Les rythmes de vie actuels, et particulièrement à Paris, font que de nombreuses Parisiennes et de nombreux Parisiens choisissent, ou sont contraints, de pratiquer une activité physique tôt le matin. Dès lors, il est préférable de pouvoir l’effectuer dans un espace vert, plus sain, que sur des trottoirs où règnent gaz d’échappements et autres particules fines. Lire

Rénovation du quartier Maine-Montparnasse

Lire

Vœu relatif au respect de l’espace public

Lire

Vœu relatif à la piétonisation des voies sur berges

Lire

Vœu relatif à la visite des sites de Réinventer Paris

Lire

Vœu relatif à l’installation d’une borne numérique informative sur le quartier des Batignolles

Lire

Le déclassement du périphérique : Oui à une révolution urbaine, Non à une diversion tactique !

Paris, le 13 mars 2018

Le groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris a appris avec intérêt, par voie de presse, le projet de la Ville de Paris de déclasser le périphérique à horizon 2024, et le lancement en avril prochain d’un appel d’offres international, dans le cadre du Forum métropolitain du Grand Paris, réunissant notamment les maires de la Métropole.

Il est d’abord regrettable que cette méthode n’ait pas prévalue dans l’aménagement des voies sur berges. 

Personne n’est dupe de la tentative de diversion espérée par cet effet d’annonce d’un nouveau grand projet urbain, qui tombe fortuitement au moment où la Maire de Paris patauge dans la piétonisation des voies sur berges. Le projet de déclassement du périphérique est un sujet trop sérieux et trop important pour être instrumentalisé comme un leurre, un artifice visant à détourner l’attention et orienter le débat public vers un autre projet urbain. Lire

Plus anciens