Logement

Vœu relatif à l’accès au logement du personnel soignant

Retour à la séance

 

 

Convention d’occupation du domaine public pour l’exploitation des locaux des bâtiments dénommés « la Forge et le Belvédère » (17e)

Retour à la séance

 

Valérie Nahmias

Réalisation d’un programme de conventionnement de 2 155 logements sociaux par Paris Habitat

Retour à la séance

 

Eric Azière

ZAC Saint Vincent de Paul (14e)

Retour à la séance

 

Eric Azière

Foncière de la Ville de Paris

Retour à la séance

 

Maud Gatel

Eric Azière

Logements sociaux à Paris : il est temps de changer de politique

LS

 

Tribune parue sur le site de l’Opinion le 6 décembre 2019

Alors que la part de logements sociaux à Paris a atteint les 23% au 1e janvier 2019 et que l’objectif de 25% en 2025 fixé par la loi devrait être largement dépassé, la Ville de Paris continue à multiplier les projets de logements sociaux, déroulant dogmatiquement une absurde politique du chiffre, dictée par l’adjoint au logement pour atteindre son objectif délirant de 30% de logements sociaux en 2030.

Au prochain Conseil de Paris, ce sont ainsi plus de 4 500 nouveaux logements sociaux qui vont être produits par la Ville, dont 2 800 issus du conventionnement, soit autant de logements déjà existants et qui se contenteront d’être labellisés « logement social ».

Pour le seul 14e arrondissement où je suis élu, le parc social a progressé de 45% entre 2001 et 2018, passant ainsi de 14 000 logements à plus de 20 000, pour approcher aujourd’hui les 30%. Cela n’a pas empêché la Ville de prévoir 300 logements sociaux supplémentaires sur le seul site de l’ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul, qui en comptera donc 50% …

Encore un petit effort et notre arrondissement pourra se targuer d’égaler les 13e, 19e et 20e arrondissements, qui comptent déjà entre 36 et 42% de logements sociaux ! Lire

Meublés touristiques : entre l’interdiction et l’inaction, il y a la juste régulation

Paris, le 22 octobre 2019

 Le groupe UDI-MoDem se félicite de l’adoption au Sénat d’un amendement au projet de loi Engagement et Proximité, qui offre la possibilité aux communes de fixer elles-mêmes la limitation des locations de meublés touristiques, entre 60 et 120 jours par an.

Dès mai 2017, notre groupe a été le premier, au Conseil de Paris, à demander une véritable délégation de pouvoir à la Ville de Paris pour réguler le marché des meublés touristiques. Afin de permettre, – comme nous l’expliquions alors -, « la cohabitation dans la ville de deux  offres touristiques, une offre traditionnelle aux retombées économiques très importantes, et une offre originale,  diverse, qui est celle du meublé touristique », nous proposions une durée maximum de location de 60 jours par an, mais aussi une durée minimum de 2 nuitées consécutives, d’une part pour éviter le recours à ce type de location pour le tourisme d’affaires, et d’autre part afin de limiter la rotation des visiteurs dans les immeubles parisiens. Lire

Conférence du logement de Paris

Retour à la séance

 

Eric Azière

Conventionnement de 2 254 logements sociaux par Paris Habitat-OPH

Lire

Conventionnement avec l’association syndicale libre Olympiades

Lire

Plus anciens