Finances

Rapport comportant les observations définitives de la CRC sur la gestion par la Ville de Paris des animations emblématiques (Grande Roue, Marché de Noël, etc.)

Lire

Nouveau Vélib’ : une juste compensation pour les usagers

Paris, le 4 janvier 2018

Ce jeudi 4 janvier, à midi, le site internet de Vélib’ annonce 62 stations opérationnelles à Paris, soit à peine 6% du nombre total de stations prévues à terme dans la capitale, et à peine plus de 10% des 500 stations prévues à l’origine pour fonctionner dès le 1er janvier 2018. Pour les usagers de Vélib’, l’année 2018 commence aussi mal que ne s’était terminée l’année 2017.

La Présidente du syndicat mixte Autolib’-Vélib’ Métropole, Mme Catherine Baratti-Elbaz, par ailleurs maire socialiste du XIIe arrondissement, a annoncé la tenue la semaine prochaine d’une réunion consacrée à une amélioration des compensations pour les usagers Vélib’, suite à ce fiasco, reprenant par là une demande répétée depuis plusieurs mois par le groupe UDI-MoDem.

Le groupe UDI-MoDem demande à nouveau au syndicat mixte que tout abonnement pris jusqu’au 31 décembre 2017 soit gratuitement prolongé d’une durée de 6 mois, pour les abonnements aux vélos « traditionnels ». Cette proposition d’un prolongement de l’abonnement a été validée par le Conseil de Paris suite à un vœu de notre groupe en novembre dernier, et il serait temps que la Ville de Paris respecte cet engagement.

Lire

Rapport de la Chambre Régionale des Comptes sur la Grande roue et le marché de Noël : « Un mélange inouï d’improvisation, et d’incompétence »

Paris, le 22 décembre 2017,

Le groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris remercie la Chambre Régionale des Comptes d’Ile-de-France d’avoir confirmé, point par point, tout ce que le Groupe UDI-MoDem a dénoncé depuis Noël 2014, sur l’attribution et les conditions d’exploitation de deux animations, celle de la Grande Roue de la Concorde et celle du marché de Noël des Champs-Élysées.

Comme tout observateur attentif avait pu le relever, à l’évidence ces conventions ont été négociées dans un mélange inouï d’improvisation et d’incompétence, qui a conduit à la totale désinvolture avec laquelle la Mairie de Paris a traité la passation de ces marchés, dans des conditions d’attribution et d’occupation du domaine public approximatives, sans réelle mise en concurrence. En témoignent, dans les éléments du rapport de la CRC parus dans la presse, la sous-évaluation du montant de la redevance, les durées d’exploitation à l’avenant ou encore les 315.000 euros de travaux de consolidation de la place de la Concorde, contribution généreusement offerte par la Ville de Paris.

Outre les Parisiennes et les Parisiens, privés brutalement d’animations en cette période de Noël, les premières victimes de ce gâchis municipal, sont les forains, qui payent cher par leur bannissement de la Ville, cet imbroglio administratif et financier de la mairie. Lire

Vœu relatif à Autolib’

Lire

Rapports de la CRC sur les Ressources Humaines de la Ville de Paris et la gestion des agents non titulaires

Lire

Budget primitif 2018

Lire

Annulation du contrat d’affichage publicitaire à Paris : un désastre absolu

Paris, le 6 décembre 2017

L’annulation prononcée hier par le Tribunal administratif de la concession de services transitoire négociée avec l’entreprise JCDecaux pour l’affichage publicitaire à Paris, est un nouveau revers pour la Mairie, qui continue de faire preuve d’un incroyable amateurisme juridique sur ce dossier, ayant de graves conséquences sur les finances de la Ville déjà malmenées.

L’annulation de cette concession de services transitoire de 20 mois empêche l’exploitation commerciale du réseau d’affichage publicitaire et entraîne une perte sèche de ressources pour la Ville, qui n’encaissera ni les 40 millions d’euros de redevance fixe prévus par le contrat, ni les 8,3 millions de part variable estimés. À cette privation de ressources s’ajoute 30 millions d’euros de pertes sur un chiffre d’affaires potentiel qui aurait dû être généré par la publicité numérique durant 5 ans.

Au total, l’ardoise grimpe à 78,3 millions d’euros pour la Ville de Paris, autant de ressources dont elle devra se priver, à la veille de la discussion budgétaire 2018. Elle devra de plus régler dans les mois à venir et dans un équilibre majoritaire incertain, la modification de son règlement local de publicité. Lire

Vœu relatif au Vélib’

Lire

Vœu de l’exécutif relatif à la grande roue de la Concorde

Lire

Règlement local de la publicité

Lire

Plus anciens Plus récents