Finances

Annulation du contrat d’affichage publicitaire à Paris : un désastre absolu

Paris, le 6 décembre 2017

L’annulation prononcée hier par le Tribunal administratif de la concession de services transitoire négociée avec l’entreprise JCDecaux pour l’affichage publicitaire à Paris, est un nouveau revers pour la Mairie, qui continue de faire preuve d’un incroyable amateurisme juridique sur ce dossier, ayant de graves conséquences sur les finances de la Ville déjà malmenées.

L’annulation de cette concession de services transitoire de 20 mois empêche l’exploitation commerciale du réseau d’affichage publicitaire et entraîne une perte sèche de ressources pour la Ville, qui n’encaissera ni les 40 millions d’euros de redevance fixe prévus par le contrat, ni les 8,3 millions de part variable estimés. À cette privation de ressources s’ajoute 30 millions d’euros de pertes sur un chiffre d’affaires potentiel qui aurait dû être généré par la publicité numérique durant 5 ans.

Au total, l’ardoise grimpe à 78,3 millions d’euros pour la Ville de Paris, autant de ressources dont elle devra se priver, à la veille de la discussion budgétaire 2018. Elle devra de plus régler dans les mois à venir et dans un équilibre majoritaire incertain, la modification de son règlement local de publicité. Lire

Vœu relatif au Vélib’

Lire

Vœu de l’exécutif relatif à la grande roue de la Concorde

Lire

Règlement local de la publicité

Lire

Institution de la part départementale de la taxe d’aménagement

Lire

Débat d’orientations budgétaires

Lire

Question d’actualité relative à l’annulation du marché de l’affichage publicitaire du MUI

Lire

Rapports de la CRC sur le Crédit Municipal de Paris

Lire

convention d’occupation domaniale des espaces publics parisiens pour l’installation et l’exploitation des colonnes et des mâts

Lire

Annulation du marché des panneaux publicitaire : la mairie de Paris prisonnière de ses propres règles

Paris, le 21 septembre 2017

 La décision du Conseil d’Etat qui a confirmé lundi 18 septembre l’annulation de la concession de service relative à l’affichage publicitaire sur le mobilier urbain à Paris, attribué à JCDecaux pour 5 ans, laisse Paris dans une situation ubuesque.

La Ville de Paris se retrouve prisonnière de son propre règlement local de publicité, en ayant souhaité permettre à cette future concession de comporter une part d’affichage numérique publicitaire, alors que cela est interdit par le règlement qu’elle a elle-même mis en place.

L’exécutif récolte les fruits de sa propre démagogie et d’un règlement local de publicité qu’ils ont voulu trop restrictif et qui se révèle inadapté aux réalités contemporaines du marché publicitaire. Lire

Plus anciens Plus récents