Finances

Finances des municipalités : Paris à contre-courant des villes françaises  

Paris, le 19 novembre 2019

 

A l’heure où 60% des maires estiment que la situation financière de leur commune s’est améliorée depuis le début de leur mandat (enquête Cevipof-Association des maires de France), notamment grâce à l’arrêt de la baisse des dotations de fonctionnement à partir de 2018, la Ville de Paris continue de s’endetter.

Cette bouffée d’oxygène dans les finances publiques des collectivités s’est visiblement arrêtée aux portes de la capitale. Nulle embellie dans les finances de la Ville de Paris lors de cette mandature : ses marges de manœuvres budgétaires se sont au contraire réduites comme peau de chagrin. Lire

Prix et qualité du service public de prévention et de gestion des déchets ménagers

Retour à la séance

 

Maud Gatel

Débat d’orientations budgétaires

Retour à la séance

 

Eric Azière

 

Maud Gatel

 

 

 

Budget supplémentaire d’investissement et de fonctionnement

Retour à la séance

 

Eric Azière

Maud Gatel

Mesures de gratuité dans les transports en commun pour les jeunes Parisiens

Lire

Comptes administratifs

Lire

Mobiliers urbains d’information supportant de la publicité

Lire

Colonnes et mâts porte-affiches supportant des annonces culturelles

Lire

Autolib’ : la bombe à retardement !

Paris, le 24 janvier 2019

La Présidente du Syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole et maire du 12ème arrondissement, a indiqué le 22 janvier avoir choisi de ne rien provisionner au budget du Syndicat pour le paiement des frais liés à la résiliation anticipée de la délégation de service public Autolib’ avant la fin du contentieux qui semble aujourd’hui inévitable entre le Syndicat et le groupe Bolloré.

Après la décision brutale et solitaire de la maire de Paris de mettre fin au service Autolib’, le groupe Bolloré réclame 235 millions d’euros d’indemnités au Syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole, dont la moitié est censée être prise en charge par la Ville de Paris. Cette somme regroupe les frais de résiliation anticipée du contrat, le rachat des bornes et la prise en charge du déficit du service. Alors que le Syndicat conteste, sans doute avec raison, ce montant exorbitant, un énième comité de conciliation est en train d’être mis en place dont il est très peu probable qu’il aboutisse à un accord entre les parties, rendant de fait inéluctable le règlement de ce conflit devant les tribunaux. Lire

Vœu relatif aux dépenses liées à l’organisation des JOP 2024

Lire

Plus anciens