Auteur : Admin

Communication Politique culturelle

Lire

Accueil des migrants : la Maire de Paris doit prendre une initiative

Paris, le 18 mai 2018

Le groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris soutient la proposition du Ministre de l’Intérieur de trouver une solution partenariale entre l’État et la Ville de Paris, pour résoudre le problème insupportable des campements sauvages dans la capitale, et appelle la Maire de Paris à saisir cette main tendue.

Dans cette situation, aucune position, aucune attitude, n’est plus humaine ou moralement recevable qu’une autre. Seul l’immobilisme est coupable. La responsabilité de chacune des parties intervenantes, dans le respect de la loi, doivent imprégner communément la mise en place d’un tel partenariat entre la Ville de Paris, la Préfecture de Police et le Ministère de l’Intérieur.

Il est donc indispensable de prendre de toute urgence les décisions permettant l’évacuation dans des conditions humaines et légales des campements sauvages du Millénaire et du Canal Saint-Martin, dans le cadre d’une coopération entre l’État, la Préfecture de Police et la Ville de Paris. Le décès récent de deux migrants, la dégradation des conditions sanitaires et plus généralement l’indignité de leurs conditions de vie s’ajoutent aux nuisances qui pèsent sur les riverains.

Dans cette problématique de l’accueil des migrants à Paris, il convient de distinguer deux situations : celle des demandeurs d’asile, et des autres, qui pour la plupart d’entre eux, transitent par la France avec comme objectif de rejoindre le Royaume-Uni.

Concernant les demandeurs d’asile, la Ville de Paris a eu une attitude digne et responsable, en mettant en place hier avec le concours de l’État le centre de premier accueil Porte de la Chapelle, dit « la Bulle », que nous avions soutenu. Aujourd’hui, l’État a pérennisé et augmenté cette prise en charge par la création de cinq Centres d’Accueil et d’Examen des Situations (CAES) en Île-de-France, dont l’un se situe Boulevard Ney, à Paris. Si ces CAES sont capables d’accueillir tous les migrants, quel que soit leur statut, dans les faits, seuls ceux qui prévoient une demande d’asile acceptent généralement d’y être hébergés. Lire

Grève des salariés Vélib’ : la médiation pour seule sortie de crise

Paris, le 15 mai 2018

Le groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris prend acte de la décision du Tribunal de Grande Instance de la Ville de Paris de déclarer « illicite » la grève débutée le 17 avril dernier par les salariés de Smovengo chargés du déploiement du réseau Vélib’.

Cependant, cette décision, portant sur la forme, n’obère en rien la possibilité d’une prolongation du mouvement social, et ne remet pas en cause la légitimité des revendications de ces salariés, portant sur la dégradation de leurs conditions de travail depuis le transfert du marché de JCDecaux à Smovengo.

Par ailleurs, le tribunal administratif ayant reconnu que le droit applicable à Smovengo relevait d’une mission de service public, le silence assourdissant du Syndicat mixte Autolib’ Vélib’ Métropole et de la Ville de Paris à ce sujet ne peut durer plus longtemps.

Le groupe UDI-MoDem renouvelle sa demande au Syndicat mixte Autolib’ Vélib’ Métropole, déjà formulée lors du dernier Conseil de Paris, de mettre en place une médiation entre la direction de Smovengo et les salariés en grève, afin de trouver une sortie de crise. Cette médiation est également réclamée par les salariés et doit avoir lieu de toute urgence, il en va de la survie de Vélib’ à Paris.

Lire

Ateliers beaux-arts municipaux : les modèles vivants en voie d’extinction ?

Paris, le 9 mai 2018

Le groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris appelle l’exécutif parisien à maintenir une présence significative d’ateliers Beaux-Arts avec modèle vivant. Il est inconcevable qu’une pratique pédagogique vieille de plusieurs siècles, qui a montré son importance et son utilité, puisse être ainsi remise en cause par de simples considérations budgétaires.

Comme le révèle le Parisien, la direction pédagogique des Ateliers Beaux-Arts de la Ville de Paris a décidé depuis plusieurs années de réduire progressivement les ateliers avec modèle, faisant passer le nombre d’heures de vacation de 23.000 en 2006 à 14.000 en 2017. À la rentrée 2018, ce sont 1.500 heures supplémentaires qui seraient amenées à disparaître.

Pourtant, la Maire de Paris avait affirmé, lors de sa communication sur la politique culturelle municipale présentée en ouverture du dernier Conseil de Paris, vouloir développer les pratiques artistiques amateurs dans la capitale. Le groupe UDI-MoDem s’était alors inquiété qu’il ne s’agissait-là que d’un vœu pieux. Force est de constater que ces craintes se révèlent malheureusement exactes. Lire

Grève des salariés Vélib’ : le syndicat mixte doit favoriser la sortie de crise

Ce mercredi 2 mai, le groupe UDI-MoDem du Conseil de Paris a rencontré une délégation de représentants syndicaux des salariés chargés du déploiement et du fonctionnement du nouveau Vélib’, en grève depuis le 17 avril.

Durant plus d’une heure, le groupe UDI-MoDem a pu échanger sur les différents points du conflit social entre les salariés et la direction de Smovengo.

Leurs revendications portent principalement sur le maintien des conditions de travail dont ils bénéficiaient précédemment chez Cyclocity, filiale de JCDecaux, le précédent opérateur de Vélib’. Lire

Vœu Relatif à l’espace Krajcberg

Lire

Vœu relatif à la transformation des stations-service à Paris

Lire

Vœu relatif aux compensations prévues en raison du retard de déploiement du réseau Vélib’

Lire

Vœu relatif à la délégation de service public Autolib

Lire

Subventions (1.008.409,19 euros) et conventions annuelles d’objectifs pour les projets d’animation mis en oeuvre dans les écoles publiques au titre des Temps d’Activités Périscolaires.

Lire

Plus anciens Plus récents